Retour

18 000 personnes fascinées par les grands voiliers à Rimouski

Les grands voiliers ont été victimes de leur succès lors de leur passage au quai de Rimouski. Selon la Société de promotion économique de Rimouski, le grand vaisseau El Galeon a attiré près de 18 000 curieux, mais n'a pu en accueillir que 3000 à son bord.

Des milliers de personnes ont fait la queue pour visiter ce galion qui a figuré dans le film Pirates des Caraïbes. Un autre voilier, le NCSM Oriole, était aussi accosté au quai. Ils n’étaient accessibles que pendant quelques heures de vendredi à dimanche, dans le cadre de l’événement Rendez-vous 2017.

Le El Galeon a été construit il y a huit ans, pour l'exposition universelle de Shanghai. Cette réplique des galions espagnols est unique au monde.

La construction de ce musée flottant, fait de fibre de verre, aura nécessité trois ans de recherches dans les archives espagnoles. Les galions voguaient sur toutes les mers du monde entre les 17e et 19e siècles, pour transporter des marchandises.

« Ces navires étaient conçus pour prendre seulement les vents arrière, explique le cadet Bruno Herrero. Alors, nous ne pouvons pas naviguer comme ils le faisaient parce qu'ils ont conçu le navire seulement pour prendre des routes particulières : les vents alizés et ensuite le courant du Golfe dans le nord. »

Bien que son côté plus moderne soit caché au public, le galion est doté de systèmes de sécurité et de navigation modernes. Quand les vents ne sont pas favorables, El Galeon actionne tout simplement ses deux moteurs.

N'empêche, ce type de flotte apporte tout de même son lot de défis techniques et physiques pour l'équipage de 25 matelots et officiers, remarque Alba Trullenque, troisième officière de pont.

« Ce navire avait besoin de 70 à 100 matelots, en plus de soldats et de passagers. Alors c'était aussi bondé que ce que vous voyez maintenant, avec 150 ou 200 personnes », commente Janye Lansford, membre de l'équipage.

Il y a 400 ans, les matelots faisaient face à des conditions extrêmes : maladies, tempêtes, pirates, etc. Ils n’avaient pas le confort du El Galeon, mais les marins du galion moderne doivent tout de même composer avec la promiscuité.

« Nous avons des salles de bain. Ils n'avaient pas de salles de bain dans le temps, rappelle Alba Trullenque. Tu vis dans un corridor avec 15 personnes, tu as un rideau. Je crois que tout est plus près, alors tout le monde se marche tout le temps sur les pieds. »

Le navire sera de la flotte des 40 grands voiliers qui convergeront dans les prochains à Québec et Lévis, dans le cadre du 150e anniversaire de la confédération. Ils se sont notamment arrêtés à Carleton-sur-Mer, Gaspé, Sainte-Anne-des-Monts, Sept-Îles et Saguenay.

D’après le reportage de Laurence Gallant

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine