Retour

2015 : embellie pour le saumon de la rivière Matane

Après une année désastreuse, les saumons sont à nouveau nombreux cet été à remonter la rivière Matane.

Au bilan de mi-saison, la Société de gestion de la rivière Matane (SOGERM) dénombre une montaison de 1416 saumons. Selon le directeur de la SOGERM Sébastien Lavoie, les montaisons sont présentement supérieures à la moyenne observée habituellement sur la rivière Matane.

La pêche est aussi excellente. Les gestionnaires rapportent un taux de réussite de 30 % « Ça correspond au double, même au triple de ce qui se voit habituellement sur la Matane », commente le directeur de la SOGERM.

Sébastien Lavoie est très confiant : « Ce sera au pire une saison normale, au mieux, une excellente saison. »

2014 : Annus horribilis

Ces données sont un baume pour les gestionnaires de la rivière qui ont connu une année catastrophique en 2014. En comparaison, à la fin de septembre, l'an dernier, seulement 1487 saumons avaient remonté la rivière. Et nous avions constaté une diminution de 55 % du nombre de grands saumons, ajoute M. Lavoie.

Les raisons de ce brusque déclin demeurent inexpliquées.

Une des hypothèses à l'étude, c'est que les saumons seraient demeurés un an de plus en mer. « Si c'est le cas, on voit des montaisons plus élevées cette année avec une forte proportion de très grands saumons, des saumons de trois ans de mer. Avec une analyse d'écailles, on va être capable d'évaluer l'âge des saumons capturés et voir s'ils ont passé un an de plus en mer », explique M. Lavoie.

L'autre hypothèse est qu'un événement ou un changement survenu en haute mer aurait augmenté le taux de mortalité.

Nouvelles mesures

En raison des faibles taux de montaison de 2014, les membres de la SOGERM ont demandé au ministère de la Faune, le printemps dernier, que la saison commence avec une remise à l'eau obligatoire des grands saumons.

Le ministère devrait évaluer d'ici les prochains jours si cette décision sera maintenue compte tenu des données recueillies jusqu'à maintenant.

Les administrateurs de la Matane ont aussi introduit la gestion par contingentement dans quatre secteurs de la rivière, afin de hausser leurs revenus. La réponse est bonne, d'après Sébastien Lavoie, qui rapporte un taux d'occupation de 100 %.

Il en va de même avec les droits de pêche attribués par tirage qui trouvent preneur dans une proportion de 75 à 80 %.

Ailleurs en Gaspésie, la plupart des gestionnaires de rivières organisent actuellement des plongées en apnée pour le décompte de mi-saison.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ils en repêchent par milliers chaque année à Amsterdam





Rabais de la semaine