Retour

2016 : une année à oublier pour les producteurs laitiers

Lait diafiltré, accord de libre-échange avec l'Europe, abolition possible du remboursement des visites vétérinaires : les mauvaises nouvelles se sont succédées en 2016 pour les producteurs laitiers du Québec. Malgré une hausse de la production, les producteurs de lait disent toujours enregistrer des pertes de milliers de dollars chaque mois, une situation qui pourrait s'aggraver en 2017 avec l'élection de Donald Trump aux États-Unis.

Un texte de Julie Tremblay.

Le 2 juin, à Ottawa, des milliers de producteurs de lait ont convergé vers la colline du Parlement fédéral pour protéger la gestion de l'offre et faire stopper l'importation de lait diafiltré des États-Unis.

On n’est pas là pour demander de l’argent au gouvernement. On demande juste qu’il garde la gestion de l’offre intacte.

Un producteur laitier

Depuis, le gouvernement n'a toujours pas resserré ses frontières, mais une entente de principe a été conclue avec les transformateurs de lait pour qu'ils utilisent davantage le lait canadien.

À la fin du mois d'octobre, l'accord de libre-change avec l'Union européenne a été signé, ce qui, à terme, permettra l'importation de 17 700 tonnes de fromages européens au Canada. Cette importation pourrait entraîner des pertes de 1,4 % pour les producteurs laitiers et fromagers, selon le gouvernement.

Pour pallier ces pertes, Ottawa a promis, en novembre, 350 millions de dollars aux producteurs.

L'aide qu'ils nous offrent, ça représente je pense 4 000 dollars par année par ferme pendant 5 ans, c'est carrément ridicule quand on a des pertes de 25 000 $ à 30 000 $ par année, par entreprise.

Gabriel Belzile, président du syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent

La réouverture de l’Accord de libre-échange nord-américain, promis par le président des États-Unis, pourrait rendre 2017 difficile pour les producteurs et menacer une fois de plus le système de gestion de l’offre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine