Retour

27 800 $ en moins pour le soutien alimentaire scolaire en Gaspésie

L'enveloppe budgétaire allouée au soutien alimentaire au secondaire à la commission scolaire des Chic-Chocs passera de 33 000 $ à 5200 $.

Un texte de Brigitte Dubé d'après une entrevue réalisée par Maude Rivard à l'émission Au coeur du monde

Parmi les quatre écoles qui profitaient de ce soutien du ministère de l’Éducation en 2016-2017, seule l’école de l’Escabelle à Cap-Chat pourra conserver l’aide.

Les écoles Gabriel-Le Courtois de Sainte-Anne-des-Monts, Saint-Maxime de Saint-Maxime-du-Mont-Louis et Des Prospecteurs de Murdochville n’auront plus droit à cette aide.

Cette diminution considérable est attribuable à des changements dans les règles budgétaires annoncés par le ministère de l’Éducation. Alors qu’il accordait ces sommes selon l’indice de milieu socio-économique (IMSE), il les attribue maintenant suivant l’indice du seuil de faible revenu (SFR).

Selon cet indice, qui attribue des cotes de défavorisation, les trois écoles mentionnées plus haut ne se qualifient plus. Elles n’atteignent pas les cotes de 9 ou de 10 sur une échelle de 10, selon lesquelles elles figureraient parmi les plus défavorisées.

Le vice-président du Syndicat des travailleurs de l'éducation de l'Est du Québec, Pierre-Luc Synnott, s’étonne de ce nouveau calcul. Selon lui, l’argent a été dirigé vers des écoles défavorisées des grands centres.

« Le gouvernement ne prend plus ses responsabilités et ne vient pas aider ceux qui devraient être aidés », estime-t-il.

Questionné à cet effet à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a affirmé que les sommes allouées au soutien alimentaire n’ont jamais été réduites.

« L’enveloppe n'a jamais été réduite. Elle est maintenue et indexée. […] Elle concerne nos écoles les plus défavorisées, et ça, ça n'a pas changé. Si les règles ont changé, c'était pour corriger des inégalités. Il y avait des écoles favorisées qui recevaient de l'aide alimentaire, alors qu'il faut la concentrer vers les milieux défavorisés », a-t-il expliqué.Le ministre a ajouté que les commissions scolaires ont d'autres mesures transférables qui peuvent venir compenser.

Du côté de la commission scolaire, personne n’était disponible pour commenter le sujet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine