Retour

A-85 : la majorité des expropriés attendent toujours

Alors que les travaux de la phase 3 de la construction de l'autoroute 85 ont commencé à Saint-Antonin, des dizaines de propriétaires de maisons situées en bordure de la route 185 attendent toujours d'en venir à une entente avec le gouvernement concernant leur expropriation. Un processus long et difficile à vivre pour bon nombre d'expropriés, qui attendent depuis plus de 14 ans de savoir quand ils devront quitter leur domicile.

Un texte de Julie Tremblay

Albert Pelletier a 94 ans et habite à Saint-Louis-du-Ha! Ha!. C'est à contrecoeur qu'il quittera bientôt la maison qu'il habite depuis plus de 70 ans où il a élevé ses 15 enfants.

C'est la deuxième fois que M. Pelletier doit céder son terrain pour faire place à la route. Sa maison a été déplacée une première fois lors de la construction de la route 185, qui sera bientôt transformée en autoroute.

« Y'a 50 ans passés, il est arrivé un expropriateur ici le soir à 8 heures, et à 9 heures l'affaire était réglée et le lendemain on pouvait déménager », se rappelle M. Pelletier.

14 ans dans l'incertitude

La situation est cependant tout autre maintenant. Même si les expropriés de l'autoroute 85 savent depuis 14 ans qu'ils devront déménager, la plupart attendent toujours de s'entendre avec le gouvernement.

Les procédures sont longues et pénibles, affirme Lionel Rossignol, qui habite à Saint-Honoré-de-Témiscouata. Son dossier s'est réglé récemment, mais il garde un souvenir amer de ses négociations avec le ministère des Transports (MTQ).

Jusqu'à maintenant, 12 dossiers d'expropriation sur 260 ont été réglés. Le MTQ espère signer des ententes de gré à gré avec les propriétaires afin d'éviter d'entamer des procédures légales d'expropriation.

« On fait notre possible pour que ce soit fait rapidement. Il y a des variables, des facteurs en jeu et ce que nous on veut au ministère, c'est que ça se fasse correctement pour les propriétaires et pour nous », explique la porte-parole du MTQ pour le Bas-Saint-Laurent, Sophie Gaudreault.

En attendant, les travaux ont commencé à Saint-Antonin pour la construction de la dernière phase de l'autoroute 85. Même si la majorité des expropriés croient que ces travaux sont nécessaires, leur peine n'en est pas moins grande.

« Quand je rentre ici, ça me fait des choses, explique Albert Pelletier en regardant sa maison, mais y'a des choses qu'il faut accepter. À 94 ans, faut que tu saches ce qui s'en vient. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine