Retour

À la défense de l'orgue Casavant de la cathédrale de Rimouski

Deux étudiants au Conservatoire de musique de Rimouski se portent à la défense de la cathédrale de Rimouski et de son orgue Casavant.

Un texte de Guillaume Bouillon

Arianne Francoeur, étudiante en percussion et Samuel Fradette, le président de l'Association des étudiants du Conservatoire de Rimouski, étaient de passage à l'émission Le monde aujourd'hui pour faire valoir leur point.

Les deux étudiants déplorent que la question de la conservation de l'orgue Casavant, construit en 1921, ait été peu abordée dans tout le débat entourant l'avenir de la cathédrale de Rimouski. Après s'être documentés, ils veulent maintenant en faire mieux connaître les caractéristiques à la population.

« C'est l'un des plus grands orgues à l'est de Québec et l'un des plus beaux au Canada. C'est un orgue à 4 claviers, 64 jeux et près de 4000 tuyaux. C'est vraiment très gros. En général, on n'est pas habitué de voir des instruments comme ça dans les églises », explique Samuel Fradette.

Présentement, un projet de centre culturel et communautaire est envisagé pour occuper l'espace de la cathédrale. Les deux étudiants ne croient pas que l'orgue pourrait cohabiter avec des espaces à bureaux. 

« Les bureaux vont occuper tout l'espace de la nef et donc couper la résonnance. Il n'y aura plus de salle pour que l'orgue résonne. On peut avoir un instrument, mais si on ne peut pas le faire jouer, à quoi ça sert de l'avoir? » demande Arianne Francoeur.

Plusieurs organismes s'intéressent au projet de la sauvegarde de l'orgue et, dans une plus large perspective, de la cathédrale.

« Il faut qu'on s'assoie ensemble, qu'on en discute. On a tous le but commun de sauver la cathédrale alors je suis sûr qu'on peut arriver à s'entendre », conclut Arianne Francoeur.

Plus d'articles