Retour

À la recherche d'outils pour diversifier le financement communautaire

Les MRC de la Matanie, de la Mitis et de la Matapédia organisaient samedi une journée de formation sur le financement destinée aux organismes communautaires.

Un texte de Joane Bérubé

Membre du comité organisateur de l'événement, conseillère en développement rural, Nadine Turcotte, explique que la disparition des centres locaux de développement a créé un vide dans l'aide à la recherche de financement.  Le sous-financement des organismes communautaires et les politiques d'austérité gouvernementales ont ajouté à la complexité de la tâche.

C'est pour répondre à cette question que l'idée d'organiser cette journée a germé.

Au départ, c'était une idée de la MRC de la Matanie. « Mais on sait que l'on vit tous les mêmes problématiques, les mêmes défis », explique Mme Turcotte.

D'où l'intérêt de s'associer aux MRC voisines pour organiser l'événement.

Une centaine de participants

La réponse a été à la mesure des besoins pressentis puisqu'une centaine de personnes étaient présentes au Riotel, samedi, pour améliorer le contenu de ses demandes de financement, approcher des commanditaires ou varier les sources de financement des projets de leur municipalité ou de leur communauté.

La formation s'adressait autant aux bénévoles qu'aux employés et aux administrateurs d'organismes communautaires.

Pour ces organisations, le financement est un défi constant, estime la conseillère en développement rural et une des organisatrices de l'événement Vanessa Caron.

Cette dernière souligne que trop souvent les programmes gouvernementaux sont des leviers à de nouveaux projets, mais qu'il devient de plus en plus difficile d'assurer une continuité aux projets qui font leurs preuves. « C'est une thématique que l'on entend beaucoup dans la région. On s'interroge toujours sur la pérennité des projets avant de lancer quelque chose », poursuit Mme Caron. 

Pour plusieurs petits organismes, la recherche de financement devient épuisante et un frein à la croissance ou à la rétention de personnel compétent.   

De l'aide et des outils

Samedi, divers ateliers permettaient de passer en revue tous les aspects du financement de la présentation de projet au partenariat en passant par la commandite, le financement participatif ou le marketing social.

Selon l'organisation, de plus en plus, les organismes devront développer une posture d'affaires pour vendre leur projet et intéresser les partenaires possibles à leur cause ou à leur clientèle.

Même si ce n'est pas toujours évident de dénicher des commanditaires dans des régions rurales, convient Nadine Turcotte, mais parfois des cibles mieux définies ou des méthodes différentes donnent des résultats intéressants.

« On prend l'exemple de la campagne Papillon pour la maison l'Entretemps. Ils sont allés chercher un modèle différent, axé sur la mode. C'est vraiment un créneau particulier qu'ils ont adopté pour organiser leurs événements comme la braderie ou le défilé de mode », fait valoir mme Turcotte.

Varier les sources de financement et être le plus créatif possible, c'était un peu le message que voulait lancer l'organisation aux organismes participants.

C'est une fois sur le terrain que l'organisation verra si les objectifs ont été atteints, mais déjà des graines ont été semées, selon l'organisation. « À la pause, avec les discussions qu'on avait, cela faisait tourner la machine à idées pour retourner dans son organisation et explorer de nouvelles pistes et les possibilités de financement », conclut Vanessa Caron.

Plus d'articles