Retour

À Sept-Îles, Recyk et Frip propose la consommation responsable

Ce lundi marque la quatrième Journée de la révolution de la mode, qui vise à sensibiliser les consommateurs à l'achat responsable. La date du 24 avril a été choisie à la suite de la mort de 1135 travailleurs, lors de l'effondrement de l'usine textile de Rana Plaza, au Bangladesh, en 2013.

Un texte de Louis Garneau.

Les boutiques qui proposent des vêtements éthiques se multiplient dans les grands centres, mais l'offre demeure plus limitée en région. À Sept-Îles, Recyk et Frip croule sous les sacs de dons offerts par des citoyens, depuis son ouverture, il y a quelques mois.

Les bénévoles nettoient les taches et raccommodent les vêtements qui arrivent en grande quantité au local de la rue Maltais. « On en reçoit avec les étiquettes des magasins encore dessus. On en reçoit d'autres qui ont été portés quelques fois, » note Huguette Jourdain.

Pour sa part, Danielle Langlois constate la présence de choses diverses : « On a des sacoches, des accessoires de maison, des luminaires, de tout ». Les clients sont toutefois un peu moins nombreux que prévu, constatent les deux femmes. « Chez la jeune génération, la sensibilité est là. »

Une preuve qu'il y a encore du travail à faire pour développer le réflexe de se tourner vers les vêtements usagés.

D'après le reportage de Katy Larouche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine