Retour

Abnégation et disponibilité pour les pompiers volontaires

L'écrasement d'avion aux Îles-de-la-Madeleine rappelle le rôle important des pompiers volontaires, souvent les premiers répondants à arriver sur les lieux d'accidents. À Carleton-sur-Mer, par exemple, l'équipe compte 22 personnes qui doivent être disponibles en tout temps.

Écoutez ici le reportage d'Isabelle Larose, à l'émission « Au coeur du monde »

Les pompiers volontaires doivent suivre plus de 450 heures de formation. À Carleton-sur-Mer, il y a un entraînement tous les mardis. Les pompiers y reçoivent trois dollars, une somme presque symbolique. Ils ne sont rémunérés que lorsqu'ils prennent part aux interventions d'urgence. 

Le salaire tient surtout dans le sentiment d'accomplissement.

Seul le chef Pierre Beaulé est un employé à temps plein. Tous les autres sont réservistes. La disponibilité est essentielle. « Il y a une entente avec les employeurs et à partir de l'alerte, ils disposent de 7 minutes pour se rendre sur les lieux d'intervention », précise-t-il.

Sandro Cormier a suivi les traces de son père, qui était aussi pompier.

Pour sa part, Anne Babin est pompière volontaire depuis 1993. C'est la seule femme du groupe et une des plus anciennes. « Les gars sont super fins et respectueux, estime-t-elle. Physiquement je n'ai pas la même force qu'un homme, mais j'ai de l'endurance. [...] C'est valorisant de s'impliquer dans sa communauté. »

Plus d'articles

Commentaires