Retour

Abolition de la réforme de l’assurance-emploi : espoir et méfiance en Gaspésie

La nouvelle ministre gaspésienne de Revenu Canada, Diane Lebouthillier, assure que le gouvernement a l'intention d'abolir la réforme de l'assurance-emploiimposée par les conservateurs. En Gaspésie, les espoirs des travailleurs saisonniers sont grands quant à cette décision.

Pour sa part, Marie-Paul Cyr, travailleuse dans une usine de poisson, se montre méfiante.

Pour plusieurs, le travail saisonnier est un passage obligé, de génération en génération. « C'est une "job insécure", explique Chantale Lévesque. Là, on fait le homard d'automne, mais on ne sait pas si on va avoir quelque chose au printemps. C'est toujours de même. »

Des changements qui n'arriveraient qu'en 2017

Les libéraux ont notamment promis de diminuer les délais d'attente et le nombre d'heures travaillées pour obtenir des prestations dans les provinces où l'économie est saisonnière. Ils veulent aussi réduire les cotisations des travailleurs.

Mais ces changements n'entreraient en vigueur qu'à partir de 2017 et les groupes de défense des chômeurs souhaitent que les choses bougent plus rapidement.

Ultimement, estime M. Cousineau, le régime doit être plus équitable, peu importe le métier. « On a toujours dit que 350 heures devraient être le seuil minimal pour tout le monde, rappelle-t-il. C'est 420 pour nous, Québec c'est 500, 600. Dans d'autres régions, c'est 700 et les nouveaux arrivants sur le marché du travail, c'est 910. Alors, pourquoi cette discrimination entre personnes de la même province? »

La pression politique risque d'être plus intense dans les Maritimes, où on a élu uniquement des députés libéraux. Là-bas aussi, l'accessibilité à l'assurance-emploi demeure l'un des principaux enjeux.

D'après un reportage de Martin Toulgoat

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine