Retour

Accès à un orthophoniste : le casse-tête d'une mère

Nancy Chevarie, une mère d'un enfant autiste de Pointe-à-la-Croix, a été forcée de faire deux plaintes au Centre de réadaptation de la Gaspésie pour pouvoir recevoir plus rapidement les services d'un orthophoniste.

Dans l'Est du Québec, le délai pour obtenir un premier rendez-vous avec un orthophoniste peut s'étendre jusqu'à deux ans à certains endroits. Une situation inacceptable, selon Nancy Chevarie.

Pour la mère, l'aide d'un professionnel, comme un orthophoniste, était la seule piste de solution pour tenter de comprendre les besoins de son enfant autiste. « Logan était non verbal, il ne nous donnait aucune chance de savoir quels étaient ses besoins, que ce soit dire j'ai faim ou j'ai mal », explique-t-elle.

La mère souhaitait que son enfant reçoive un service d'orthophoniste rapidement, avant qu'il ne fasse son entrée à la maternelle, pour qu'il puisse être le plus près possible du niveau des autres élèves.

La deuxième plainte a été formulée par le pédiatre de l'enfant, au Nouveau-Brunswick, pour accélérer le processus. Après sept mois d'attente sans service, Logan a finalement eu accès à un orthophoniste, à temps pour le début des classes.

Peu de professionnels pour répondre à la demande

La difficulté d'accès à des services de réadaptation, comme ceux des orthophonistes, est présente partout dans l'Est du Québec. Au CISSS du Bas-Saint-Laurent, par exemple, la direction reconnaît faire face à une pénurie d'orthophonistes. Selon la directrice générale adjointe des programmes sociaux et de la réadaption, Manon Dufresne, le délai d'attente peut être d'un peu plus d'un an.

Depuis 2013, trois orthophonistes se partagent le territoire du Bas-Saint-Laurent pour le programme de déficience intellectuelle et troubles du spectre de l'autisme. Une quatrième professionnelle s'est jointe au Centre depuis le mois de juillet. Selon Manon Dufresne, cela a diminué la liste d'attente. Soixante personnes sont toujours en attente d'un service.

Au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, c'est en déficience physique que l'attente est la plus importante, avec une moyenne de 251 jours. Actuellement, 147 personnes y sont en attente d'un premier service.

D'après les informations de Jennifer Boudreau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine