Retour

Accident mortel à Soudure Caplan : une technique de travail improvisée

La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) a rendu publiques jeudi les conclusions de son enquête sur un accident qui a coûté la vie à un travailleur de Soudure Caplan, le 29 décembre 2014.

Selon Maxime Boucher, responsable des communications à la CSST, le jour de l'accident, Gabriel Leblanc s'affairait à compléter l'installation d'un essieu autovireur sous une remorque forestière lorsque l'accident est survenu. Pour tester le débattement (intervalle maximum entre deux pièces, dont l'une est mobile) de l'essieu, il a apposé l'extrémité du régulateur sur l'orifice d'un ballon pneumatique.

Au moment où il a commencé à introduire de l'air dans le ballon, l'essieu a commencé à bouger pour atteindre le maximum de son débattement. Quelques instants plus tard, les soudures temporaires maintenant le tube du support du ballon en place ont cédé sous la pression et le tube a été projeté en direction du travailleur. Gabriel Leblanc a été atteint mortellement à la tête.

« La pression exercée sur le ballon par le tube de support, soit la force de poussée, était supérieure à la charge que pouvaient supporter les soudures », a résumé Marc Grenier inspecteur de la CSST et responsable de l'enquête.

La CSST rappelle qu'entre 2010 et 2014, au Québec, 37 travailleurs sont décédés après avoir été frappés par un objet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine