Retour

Aide médicale à mourir : débat ouvert dans les maisons de soins palliatifs de l’Est

Alors que la Loi sur les soins de fin de vie entrera en vigueur en décembre, 29 maisons de soins palliatifs du Québec refuseront d'administrer l'aide médicale à mourir. Dans l'Est comme ailleurs, elles considèrent que l'aide à mourir entre en conflit avec leur mission.

Le conseil d'administration de l'Élyme des sables, à Sept-Îles, n'a pas encore adopté de résolution formelle.

La directrice, Suzanne Cassista, estime que l'accompagnement psychologique et le soulagement de la douleur peuvent amener les patients à s'accrocher à la vie.

La Vallée des Roseaux, de Baie-Comeau, fait partie des 29 établissements en soins palliatifs du Québec qui refusent de participer au programme. Sur son site Internet, l'équipe précise toutefois qu'elle n'abandonnera pas toute personne qui décide de demander l'aide médicale à mourir.

Refus catégorique à Rimouski

Pour sa part, le directeur général de la Maison Marie-Élizabeth de Rimouski soutient que le refus d'appliquer l'aide médicale à mourir a été unanime dans le réseau des maisons de soins palliatifs du Québec.

Pour sa part, la critique péquiste en matière de soins en fin de vie, Véronique Hivon, admet avoir été étonnée d'une position si catégorique avant même l'entrée en vigueur de la loi. « Je savais qu'il y aurait de la résistance de certaines maisons, mais qu'elles prennent position en bloc, je trouve que c'est décevant pour les gens qui ont formé ce vaste consensus social », a-t-elle dit.

Véronique Hivon croit que la position des maisons de soins palliatifs va changer graduellement.

Le 18 septembre prochain, l'Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec tiendra une assemblée au cours de laquelle des discussions devraient porter sur l'aide médicale à mourir.

Mercredi, le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, a rabroué les unités de soins palliatifs dans les hôpitaux qui songent à ne pas offrir l'aide médicale à mourir. La loi les obligera à accéder à la demande des patients qui répondent à certains critères.

 

Plus d'articles

Commentaires