Retour

Alcool au volant : toujours autant d'arrestations dans l'Est-du-Québec

Le nombre d'automobilistes interceptés par les policiers pour alcool est stable depuis 2005 au Québec.

Chaque année, environ 5 000 automobilistes sont interpellés pour cette raison selon les données de la Société de l'assurance automobile du Québec.

La place qu’occupe ce type d’infraction demeure importante, entre 2005 et 2014, 92 % des infractions au Code criminel du Québec étaient reliées à la conduite d'un véhicule automobile sous l'effet de l'alcool.

Des chiffres pour l’Est

Au Bas-Saint-Laurent, les policiers suspendent en moyenne 482 permis par année après avoir intercepté un automobiliste pour alcool au volant.

Dans les régions Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Côte-Nord, c'est respectivement 265 et 286 automobilistes qui voient leur permis suspendu après avoir été arrêté par un patrouilleur.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu n'est pas surprise par ses chiffres. Elle croit toutefois que les mentalités ont changé depuis les 30 dernières années. « Il s'agit d'un processus à long terme. Mais c'est important de poursuivre les activités de préventions ».

Jusqu'au 2 janvier 2017, la Sûreté du Québec mènera l'Opération Vaccin aux quatre coins de la province. L'an dernier, 21 personnes par jour ont été interceptées durant l’opération.

Des solutions

Selon le directeur général d'Éduc Alcool, Hubert Sacy, trois mesures permettraient de réduire le nombre de personnes altérées par l'alcool ou les drogues au volant d’une voiture.

Selon lui, il faut augmenter le nombre de barrages policiers, faire de la sensibilisation 12 mois par année et rendre obligatoire la formation Action Service qui permet aux employés de bars et de restaurants de mieux dépister les clients qui ont trop bu.

Hubert Sacy avance que les mois de novembre et décembre sont les mois où il y a le moins d'arrestations pour l'alcool au volant, car c'est à ce moment qu'il y a le plus d'actions et de sensibilisation.

Plus les gens ont la perception qu'ils risquent de se faire arrêter moins ils conduiront lorsqu'ils ont les facultés affaiblies.

Hubert Sacy, directeur général Éduc'Alcool

Chiffrer une condamnation

La semaine dernière, CAA-Québec affirmait qu'une première condamnation pour conduite avec facultés affaiblies peut entraîner, au minimum, des frais estimés à 6 000 $. Pour en arriver à ce montant, l'organisme a calculé l'ensemble des conséquences financières à une condamnation pour des hommes de 24 ans et de 40 ans.

Selon la porte-parole de CAA-Québec Annie Gauthier, cette nouvelle campagne de prévention pourrait en faire réfléchir plus d'un.

En parlant des conséquences financières, ça nous permet de parler directement aux gens qui pourraient avoir l'impression que ça n'arrive qu'aux autres.

Annie Gauthier, porte-parole CAA-Québec

Les organismes de prévention rappellent que différentes solutions s'offrent aux personnes qui ont trop bu. Opération Nez Rouge offrira d'ailleurs des raccompagnements jusqu'au 31 décembre dans plusieurs régions du Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?