Retour

Alderon garde l'espoir de compléter son projet Kami, au Labrador

Alderon Iron Ore maintient son intérêt pour le développement du site minier Kami, au Labrador, tout près de Fermont.

Dans son plus récent rapport trimestriel, la direction avoue dépendre de son partenaire chinois, HeSteel Group, anciennement Hebei Steel, afin de reprendre la construction d'installations en mesure de produire 8 millions de tonnes de fer concentré par année.

Le minerai serait acheminé par chemin de fer jusqu'à Sept-Îles, au quai multiusager de Pointe-Noire, où Alderon a investi 20,5 millions $.

L'aciériste HeSteel Group s'est engagé à acquérir jusqu'à 60 % du minerai concentré, tandis que Glencore, un groupe anglo-suisse, achèterait la balance de la production.

Une étude est en cours pour la révision du plan minier, en vue de réduire les coûts et de redéfinir les ententes commerciales.

Alderon a investi 160 millions $ dans le projet Kami depuis le début de 2010. Pour la période de janvier à juin 2016, elle a enregistré une perte de 2,7 millions $, ou 1 cent par action, comparativement à une perte de 5,6 millions $ (2 cents par action) pour les six premiers mois de l'an dernier.

La compagnie tente de conserver sa capacité financière. Elle fait cependant face à des obstacles comme la réduction nécessaire des coûts au démarrage et à la production, une demande chinoise réduite et surtout, l'absence de revenus à court terme.

Un texte de Louis Garneau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine