Retour

Allégations à l'endroit du ministère des Affaires municipales dans des appels d'offres en Matanie

Des élus de La Matanie prétendent que le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) s'est immiscé dans un processus d'attribution de contrat dans deux de ses municipalités.

Selon les élus, des représentants du ministère se seraient ingérés dans des appels d'offres en lien avec les systèmes de traitement de l'eau potable des municipalités de Saint-Adelme et Saint-Ulric.

Le préfet de la MRC de la Matanie, André Morin, les maires de Saint-Adelme et Saint-Ulric et le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, allèguent que le MAMOT aurait demandé aux comités qui analysent les appels d'offres de refaire leur évaluation et de modifier le pointage d'un critère, ce qui aurait eu un impact sur le choix des soumissionnaires et le coût des projets. Le processus n'est pas terminé. Les appels d'offres ont été envoyés au ministère pour leur évaluation.

Le préfet André Morin rappelle que les comités d'analyse des soumissions sont formés de personnes indépendantes choisies par les municipalités en vertu du Code municipal. « Pourquoi le ministère intervient quand le Code municipal est très clair, c'est la juridiction des municipalités d'établir tous les critères nécessaires pour faire une évaluation pour l'exécution des travaux sur leur territoire », s'interroge-t-il.

André Morin se demande comment se déroulent les appels d'offres dans d'autres municipalités au Québec. « Si on déclasse le plus bas soumissionnaire, c'est qu'on privilégie un plus haut soumissionnaire, puis le plus haut soumissionnaire, c'est des coûts supplémentaires pour une municipalité », soutient le préfet.

Les élus exigent des explications du ministre Martin Coiteux et demandent au ministère de respecter les principes d'autonomie municipale et de transparence.

« On demande au ministre de nous donner des indications très claires, parce que dans ces deux cas-là, ce n'est pas de nature à rassurer le public et à faire en sorte que les élus, que la population a choisis, puissent faire pleinement leur travail », souligne Pascal Bérubé.

Le ministère n'a pas encore commenté le dossier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine