Retour

Allongement de l'aéroport des Îles : le maire revient à la charge

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, soutient qu'il y a urgence d'allonger la piste de l'aéroport de Havre-aux-Maisons. Pour le maire, il s'agit d'une question de sécurité, mais aussi de survie pour les patients de l'hôpital des Îles.

Depuis des années, les Madelinots demandent que la piste soit allongée qu'au moins 230 mètres. Jonathan Lapierre entend relancer le dossier auprès de Transport Canada.

Actuellement, pour atterrir aux Îles, il faut des conditions d'atterrissage idéales, estime le maire Lapierre. « Ça veut dire, explique-t-il, qu'il ne faut pas qu'il y ait de brume, de vent, de verglas, de pluie, de forte de neige, de tempête. En fait, il faut qu'il n'y ait rien du tout, ce qui arrive rarement ici aux Îles, pour permettre à un appareil d'atterrir en toute sécurité. »

Les conditions difficiles d'atterrissage ont des impacts sur le transfert des malades.

À la fin de février, un médecin de l'hôpital des Îles a demandé l'évacuation d'urgence d'une patiente vers Québec. Le service aérien n'a pas pu envoyer l'avion-ambulance en raison du poids de l'appareil et parce que la piste d'atterrissage était mouillée et dans le brouillard.

La patiente a heureusement pu être transférée le lendemain, raconte le maire Jonathan Lapierre, mais si la piste de l'aéroport avait été plus longue, la vie de cette femme n'aurait pas été mise en danger.

La situation a assez duré, s'insurge le maire. Les Madelinots ont le droit d'être traités en toute équité et d'obtenir les mêmes services que les citoyens du reste du pays.

Le gouvernement fédéral, indique Jonathan Lapierre, doit prendre ses responsabilités à l'égard des Madelinots.

Le ministre de Transport Canada, Marc Garneau, est attendu aux Îles d'ici le mois de juin.

Plus d'articles

Commentaires