Seize travailleurs du Centre de tri des matières recyclables de Grande-Rivière doivent payer une amende variant entre 2000 et 6000 dollars à Service Canada. La raison : le fédéral n'accepte plus le partage du temps de travail.

Un texte de Martin Toulgoat

Les travailleurs fautifs ont reçu ces avis de réclamation à la fin septembre. Le Centre de tri avait instauré un système de travail à temps partagé, qui alternait six mois de travail et six mois d'assurance-emploi, pour donner du boulot à un plus grand nombre, dans une région où le taux de chômage est élevé et les emplois sont rares.

Mais dans le cadre de la réforme du système d'assurance-emploi, Service Canada a resserré les règles. Cette formule est jugée illégale depuis deux ans.

Du zèle, selon le Mouvement Action Chômage Pabok, qui défend les intérêts des chômeurs gaspésiens.

Revoir la loi sur le chômage

Pour le mouvement de défense, il s'agit d'un autre exemple qui démontre que la loi sur l'assurance-emploi est inéquitable et doit être modifiée par le nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau.

« Il devrait y avoir dans la loi sur l'assurance-emploi, des modalités particulières pour des situations particulières, mais ce n'est pas ce que la loi stipule, déplore Gaétan Cousineau. Elle stipule que c'est le même règlement pour tout le monde au Canada. »

La CSN demande une révision

Le Conseil central CSN de la Gaspésie et des Îles demande une révision du dossier des 16 travailleurs qu'il représente. La centrale syndicale déplore que ces employés aient vu leurs prestations coupées de moitié, sans savoir qu'ils devaient rembourser le fédéral pour une mesure jugée illégale.

Un régime moins accessible

Par ailleurs, en 25 ans, le ratio de travailleurs ayant droit à des cotisations d'assurance-emploi a chuté de plus de la moitié au Canada, selon les mouvements de défense des chômeurs.

« Les chiffres sont éloquents, lance Gaétan Cousineau. En 1990, 90 % des gens qui cotisaient pouvaient avoir recours au régime d'assurance-emploi, maintenant, c'est à peine 40%. »

Rappelons que durant la campagne électorale, le Parti libéral du Canada a promis une importante réforme du régime de l'assurance-emploi. Justin Trudeau s'est notamment engagé à réduire de deux à une semaine le temps d'attente pour obtenir des prestations et à éliminer la pénalité de 910 heures destinée aux nouveaux travailleurs et à ceux qui retournent sur le marché du travail.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine