Retour

Amqui derrière les professionnels de la santé

Les élus d'Amqui appuient l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dans sa croisade contre la réforme de la santé et le projet de loi 10.

Le syndicat, qui négocie une nouvelle convention collective, estime que la réforme menace la qualité des services rendus à la population. Outre les conditions de travail des employés qui se détériorent, l'APTS s'inquiète de l'avenir des laboratoires des hôpitaux de Matane et d'Amqui et craint une centralisation à Rimouski.

Le maire d'Amqui, Gaétan Ruest, croit que la population doit se prononcer sur les enjeux importants comme le maintien des services de santé. « On peut être silencieux ou on peut essayer d'apporter notre grain de sel. L'union fait la force. Tout le monde qui se met ensemble, ça peut donner des résultats », indique M. Ruest.

D'après le représentant de l'APTS, Sylvain Lirette, plus de 1 million de dollars ont été amputés au centre de santé de la Matapédia. « Ce n'est pas vrai qu'à répéter qu'il faut dépenser avec notre capacité de payer qu'on va trouver des solutions imaginatives. Quand je vois le quart du PIB canadien s'en aller dans les abris fiscaux et qu'on ne parle pas de ça », poursuit le représentant syndical.

Le syndicat estime que l'augmentation de 1,3 % du budget de la santé correspond en réalité à une compression puisqu'il aurait fallu une hausse de 4 % pour maintenir les services.

Le porte-parole du syndicat, Sylvain Lirette, espère que l'appui de la Ville d'Amqui fera boule de neige. L'appui de l'opinion publique est nécessaire pour sauver le système de santé, estime M. Lirette.

Plus d'articles

Commentaires