Retour

André « Dédé » Vander craint les conséquences des attentats de Bruxelles

Les trois attentats-suicides survenus à Bruxelles ont secoué le monde entier jusqu'à Mont-Louis, en Gaspésie, contrée d'adoption de l'artiste André « Dédé » Vander, l'ex-bassiste de la formation Les Colocs.

Un texte de Laurence Gallant

D'origine bruxelloise, André Vanderbiest, s'est dit très surpris des évènements, même s'il entendait plusieurs dire qu'on pouvait s'y attendre. 

« Avec tout ce qui se passe en Europe, je pense qu'il n'y a plus aucune grande ville au monde qui peut se sentir à l'abri de ce genre d'évènement. », mentionne-t-il.

Tous les proches de Vander se trouvent en sécurité, mais il reste que l'artiste installé depuis 20 ans au Québec demeure préoccupé par les évènements.

« C'est sûr que ça fait faire un voyage dans la tête, je vous dirais que depuis ce matin, ça rumine. ».

D'un œil plus critique, André Vanderbiest appréhende les conséquences des évènements sur la liberté d'agir des Européens. Il déplore qu'avec la peur et les mesures de sécurité qui vont en grandissant, il sera de plus en plus difficile de vivre dans ces lieux touchés par des attentats comme ceux de Bruxelles.

Les attaques de Bruxelles, revendiquées par le groupe armé État islamique (EI), ont fait au moins 34 morts et 202 blessés, selon des sources officielles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine