Retour

Anticosti : Québec abandonne la population, disent le maire et la MRC de la Minganie

Québec a abandonné les résidents de L'Île-d'Anticosti dans le dossier du projet d'exploration des hydrocarbures, selon la Municipalité et la MRC de la Minganie.

Dans un communiqué diffusé lundi, elles estiment que le ministre de l'Environnement David Heurtel a rejeté « implicitement » la demande de rencontre et de suspension de permis faite il y a trois semaines par le nouveau maire de L'Île-d'Anticosti, John Pineault.

La Municipalité de L'Île-d'Anticosti et la MRC de la Minganie avaient demandé au ministre Heurtel de ne pas délivrer de permis à Pétrolia tant qu'il ne les aura pas rencontrées. Le certificat d'autorisation pour les trois forages avec fracturation hydraulique est toujours en analyse au ministère de l'Environnement.

Inquiétudes entourant la fracturation

La Municipalité et la MRC expriment de grandes inquiétudes concernant les impacts géologiques de la fracturation sur l'île.

Elles citent notamment la mise en garde de l'Oklahoma contre les dangers des séismes causés par la fracturation hydraulique.

Croyant que le ministre Heurtel ne tiendra compte de l'acceptabilité sociale du projet que s'il y a exploitation des hydrocarbures, la Municipalité et la MRC de la Minganie craignent qu'elles doivent « se résoudre à être le champ d'expérimentation scientifique de Pétrolia avec la bénédiction du gouvernement ».

Pour sa part, David Heurtel a déclaré la semaine dernière que « l'acceptabilité sociale est un pilier fondamental dans n'importe quelle prise de décision ». 

L'étude scientifique est effectuée par des fonctionnaires indépendants.

Plus d'articles

Commentaires