Retour

Appel à la prudence pour les chasseurs du cerf de Virginie 

La chasse au cerf de Virginie qui débute cette fin de semaine, inquiète des résidents de la Baie-des-Chaleurs. Les agents de protection de la faune et les policiers seront d'ailleurs bien présents pour surveiller les allées et venues des chasseurs près des habitations. Ces craintes rappellent les événements de Saint-René-de-Matane où un original a été abattu près de résidences.

Un texte de Jean-François Deschênes

7 000 chasseurs fréquenteront la forêt gaspésienne durant la chasse au cerf de Virginie qui débute samedi matin.

Dans la Baie-des-Chaleurs, la chasse se déroule souvent en zone périurbaine, près des habitations. Les règles de sécurité interdisent de décharger une arme à feu à moins de 300 mètres d'une habitation pour tuer n'importe quel animal.

De plus, le chasseur doit être à une distance de 10 mètres d'un chemin public lorsqu'il appuie sur la détente.

Le maire de Bonaventure, Roch Audet, craint que les chasseurs moins habitués à la région, ne respectent pas ces consignes. Il leur demande d'agir avec prudence.

Les agents de protection de la faune seront aux aguets pour faire en sorte que l'activité se passe bien.

Les conducteurs qui ont consommé de l'alcool seront surveillés par les agents de la Sûreté du Québec. Le porte-parole, Claude Doiron, rappelle aussi qu'il est interdit d'avoir une arme chargée à bord d'un véhicule.

« On parle ici de transport, d'entreposage, de droit de posséder des armes à feu. »

La chasse au cerf de Virginie engendre des retombées économiques d'environ 5 millions de dollars en Gaspésie. Elle débute samedi matin et prendra fin dans 9 jours, le dimanche 8 novembre.

D'après les informations de Pierre Cotton

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine