Retour

Après 25 ans de carrière, l'artiste Ernest Dominique veut donner au suivant

Le peintre innu Ernest Dominique a souligné ses 25 ans de carrière en 2015. L'artiste est de retour à Sept-Îles et souhaite maintenant transmettre sa passion et ses connaissances avec les jeunes. 

Originaire de Schefferville, Ernest Dominique, Aness de son nom d'artiste, a commencé à peindre à l'âge de 8 ans.

Une passion qu'il a cultivée tout au long de sa jeunesse et qui est devenue un métier, à la suite d'une rencontre avec l'homme politique québécois André Maltais.

« Moi je faisais des illustrations pour du matériel pédagogique de l'école de Uashat », dit-il. « André est arrivé et a vu mes dessins. Il m'a demandé tout bonnement : "Est-ce que tu fais aussi de la peinture?" J'ai dit oui, je fais de la peinture. "Serais-tu intéressé à faire une exposition à Québec?" Ça a été pour moi un événement spécial. »

Depuis, cet artiste autodidacte a exposé à plusieurs endroits dans le monde, notamment à Dubaï ( Émirats arabes unis), à Delhi (Inde), à Monastir (Tunisie), à Phoenix (Arizona), à Paris (France), à Strasbourg (France) et à Shanghai (Chine).

À travers ses 25 ans de vie artistique professionnelle, Aness a développé son style. De peintre animalier à peintre portraitiste, il souhaite aujourd'hui consacrer une place importante à l'histoire dans son oeuvre.

« Je trouve ça important pour ma fierté et la fierté de la jeune relève qui vient de connaître ce passé-là », explique-t-il.

Un centre d'art à Sept-Îles?

Si la peinture lui permet aujourd'hui de gagner sa vie, elle représente aussi une forme de thérapie.

« Je suis alcoolique », admet-il. « Il y a des personnes autour de nous qui boivent depuis qu'elles sont très jeunes, qui font l'expérience de l'alcool très jeune, à l'âge de 12,13 ans. Je vois beaucoup de gens qui ont de la misère à s'en sortir. C'est très difficile. »

Ernest Dominique caresse le projet d'ouvrir à Sept-Îles un centre d'art où il pourrait partager avec la relève ce qu'il a appris en 25 ans de vie artistique professionnelle, mais aussi où il pourrait aider, à travers l'art, des personnes aux prises avec des problèmes de dépendance.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine