Retour

Après le recyclage et le compostage, interdire les sacs de plastique ?

Après Brossard la semaine dernière, c'était aujourd'hui au tour de la région de Montréal d'annoncer qu'elle bannira les sacs de plastique à compter du 1er janvier 2018. Dans l'Est du Québec, seule la Ville de Amqui en interdit l'utilisation.

En 2008, la Ville d'Amqui a adopté un règlement visant à interdire la distribution des sacs de plastique. Toutefois, c'est une tendance qui prend de l'ampleur un peu partout dans la province.

En effet, la vaste campagne provinciale visant à diminuer l'utilisation de sacs de plastique a été un grand succès. Plus de la moitié des Québécois apporteraient désormais au supermarché leur propre sac réutilisable.

Les élus estiment qu'après les bacs bleus de récupération et les bacs bruns destinés au compostage, la prochaine étape sera l'interdiction des sacs de plastique. Francis St-Pierre, préfet de la MRC Rimouski-Neigette, mentionne que plusieurs citoyens l'ont contacté à cet effet.

« On s'en va tranquillement vers ça. Le recyclage ça a été la même chose. Le bac bleu, les gens disaient qu'ils n'allaient pas l'utiliser. Aujourd'hui, tout le monde l'utilise. Le bac brun, on a commencé avec 35 % des gens qui l'utilisaient. Aujourd'hui, on dépasse les 50 % », explique monsieur St-Pierre.

Des consultations en cours dans l'Est

Pour le moment, on ne sait pas à quel moment les municipalités de l'Est du Québec pourraient bannir les sacs de plastique. Toutefois, des consultations sont en cours pour établir les Plans de gestion des matières résiduelles dans toutes les MRC du Québec.

Le public est donc invité à exprimer son opinion et l'interdiction des sacs de plastique fait partie des propositions qui sont soumises. Luce Balthazar, président du Conseil de l'environnement de l'Est du Québec croit que même si les sacs de plastique ne sont pas interdits, il n'est pas nécessaire de les utiliser non plus.

« On peut s'organiser autrement. Le gaspillage alimentaire c'est un gros problème mondial et au Québec, on gaspille énormément. Il faut donc faire attention aussi dans la façon d'acheter, de faire son marché », conclut madame Balthazar.

D'après les informations de Paul Huot

Plus d'articles