Retour

Après les chantiers du Nord, Erika Soucy parle des femmes de chez elle

La Nord-Côtière Erika Soucy vient de publier son troisième recueil de poésie, Priscilla en hologramme, aux Éditions de l'Hexagone. Dans son dernier roman, Les murailles, elle s'était inspirée de son père qui travaillait dans les chantiers du Nord, mais cette fois, elle parle de la recherche de liberté de sa mère, son « parent sûr », qui vogue d'un truck stop à l'autre, d'un homme à l'autre, tout en prenant soin de sa fille.

Une chronique de Julie Tremblay

« Priscilla, c'est ma mère », affirme d'entrée de jeu Erika Soucy, qui s'est servie de l'image de Priscilla Presley, la femme d'Elvis, pour parler de cette femme qui rêvait d'avoir des enfants riches, « beaux à se tordre », et qui hurle parfois comme un « gaspillage de grands vents ».

« Pour la petite anecdote, dit-elle, quand mes parents se sont rencontrés, mon père faisait des imitations d'Elvis Presley. [...] Tout le côté glamour, hollywoodien que ça amenait, je trouvais ça très poétique. »

Cette poésie, on la trouve aussi dans langue d'Erika Soucy, où les mots de tous les jours côtoient une langue plus soutenue, mais également dans la douleur de la petite fille qui narre les poèmes et qui « sai[t] trop bien le pire / entre l'absence et les promesses » de son père.

« le nombre de rappels importe peuseul compte l'art de disparaître la nuitquand on s'entraîneà divorcer »

- Extrait de Priscilla en hologramme

Dans ce recueil, Erika Soucy parle en outre des femmes qui, souvent, ne sont pas aussi libres qu'elles le croient : « Ma mère avait besoin d'être libre, mais ce n'est pas vrai qu'elle était libre, elle était profondément prisonnière des hommes qu'elle côtoyait, avec qui elle tombait en amour. »

Ces hommes sont aussi source de désarroi pour l'enfant qui regarde sa mère enchaîner les amants : « j'ai un cadeau pour rire / [...] / pour m'occuper le temps / qu'il te fera l'amour »

La jeune auteure, qui a justement défendu les femmes de chez elle en janvier dernier en réagissant aux propos de Bernard Gauthier, dit Rambo, les mettra au coeur de son prochain ouvrage, un roman qui parlera de femmes et de la relation entre une fille et sa mère.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine