Retour

Assises de l'UMQ : les maires veulent une annonce sur les infrastructures

Quand on demande aux maires du Bas-Saint-Laurent ce qu'ils attendent des Assises de l'Union des municipalités du Québec, qui se déroulent dans la capitale provinciale jusqu'à vendredi, ils ont tous le même mot sur les lèvres : infrastructures.

Un texte de Julie Tremblay

Puisque le premier ministre Philippe Couillard, de même que le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, seront sur place pour participer aux Assises, le maire de Rimouski, Éric Forest, croit que ce serait le moment opportun pour annoncer une entente entre Québec et Ottawa au sujet du programme Chantiers Canada. La mairesse de Mont-Joli, Danièle Doyer, espère aussi une annonce qui permettrait à sa municipalité d'aller de l'avant avec son projet d'aréna :

De son côté, le maire de Rivière-du-Loup, Gaétan Gamache souligne que le Québec est la seule province où les municipalités ne négocient pas directement avec Ottawa. Il espère que les dépenses en infrastructures soient réparties différemment entre les différents paliers de gouvernement, comme le réclament les autres membres de l'UMQ.

Décret des conditions de travail

Alors que le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux, laisse planer le doute sur ses intentions d'accorder ou non le pouvoir aux municipalités de décréter les conditions de travail à ses employés, les maires bas-laurentiens affirment qu'ils ont peu d'intérêt à négocier de la sorte avec leurs employés. Ils ajoutent que ce pouvoir a été créé sur mesure pour les grandes villes, mais s'applique mal en région :

La mairesse Doyer affirme pour sa part que sa municipalité a perdu 210 000 $ avec la signature du pacte fiscal, et que les compensations promises par Québec ne font pas le poids avec ce qui a été perdu.

Développement économique

Par ailleurs, le maire Gamache souhaite que sa ville fasse partie de la prochaine délégation de l'UMQ qui se rendra en mission aux États-Unis l'an prochain. Il considère que plusieurs entreprises de sa ville ont besoin d'un coup de pouce pour développer leurs exportations : « beaucoup de nos entreprises, qui sont plus petites, n'ont pas cette capacité-là de mettre en place toute la dynamique de l'exportation, donc, on collabore », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires