Retour

Associé à l'identité québécoise, le patrimoine maritime du Saint-Laurent est à l'abandon

Des participants au colloque annuel d'Action patrimoine, tenu au Site historique maritime de la Pointe-au-Père à Rimouski, dressent un portrait sombre de l'avenir du patrimoine maritime du Saint-Laurent. Intimement lié à l'identité des riverains, il se retrouve à l'abandon, estiment-ils.

Un texte de Brigitte Dubé

Les discussions se sont déroulées dans un contexte où le gouvernement fédéral cherche à se départir de ses infrastructures portuaires. 

Pour Richard Lavoie, qui a produit le film Quais-Blues, la protection des infrastructures est un échec.

« C'est une perte énorme pour les générations futures et la vie communautaire, estime-t-il. Les quais de village sont pratiquement tous disparus. »

M. Lavoie insiste aussi sur la dimension thérapeutique du quai, en tant que lieu de rencontre.

Les autorités se sont désengagées

Pour le maire de Gaspé, Daniel Côté, le défi majeur est le financement des infrastructures. Il déplore le fait que les autorités se sont désengagées.

M. Côté ajoute que la solution passe par une prise en charge de la population, mais en collaboration avec le gouvernement fédéral.

Action patrimoine est un organisme qui veille à la protection du patrimoine bâti et des paysages culturels au Québec.

Dans la foulée de la Stratégie maritime, l'organisme a choisi de discuter du patrimoine maritime sous le thème « Le fleuve Saint-Laurent, voie des possibles ».

Pour la directrice générale, Émilie Vézina Doré, le moment est propice.

« Beaucoup d'infrastructures viennent avec le fleuve : les phares, les quais, rappelle-t-elle. C'est aussi comment on aménage les abords. La notion dans le patrimoine bâti, c'est le paysage et le paysage est associé à notre identité. Donc, notre patrimoine bâti c'est notre territoire. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine