Retour

Au-delà du déclin de la population, l’espoir et la détermination persistent à Mont-Joli

La mairesse et le milieu des affaires de Mont-Joli se disent surpris de l'importante baisse de population de la ville constatée dans le recensement 2016, publié il y a quelques jours. Malgré les chiffres, plusieurs témoignent, au contraire, de l'émergence d'un nouveau dynamisme local.

Un texte de Laurence Gallant, d’après les informations de Denis Leduc

Selon les données du recensement, près de 400 personnes, soit 6 % de la population de Mont-Joli, ont quitté la municipalité entre 2011 et 2016.

La Chambre de commerce et d'industrie de Mont-Joli -Mitis ne conteste pas la validité des chiffres du recensement, mais observe paradoxalement l'émergence d'un nouveau dynamisme local.

La coordonnatrice de la Chambre de commerce, Sandra Paradis, souligne la mobilisation du milieu des affaires et ne s'inquiète pas pour le développement à venir de Mont-Joli et sa région.

[Il faut] arrêter un peu d'évaluer et de se centrer sur les statistiques, [il faut] être un peu plus humain, je pense.

Sandra Paradis, coordonnatrice de la Chambre de commerce et d'industrie de Mont-Joli -Mitis

Sandra Paradis croit que le développement de la municipalité repose sur la solidarité et la mise en commun des efforts qui y sont déployés.

La copropriétaire du Café du Château Landry, Mélissa Boulay, reconnaît que Mont-Joli a connu un certain déclin au cours des dernières décennies. Mais elle dit également constater, aujourd'hui, un renouveau économique et un désir profond de développer la ville.

Je sens vraiment un nouveau souffle, des gens, des jeunes dynamiques qui s'installent, qui ont envie de faire renaître l'économie du centre-ville.

Mélissa Boulay, copropriétaire du Café du Château Landry

Une mairesse toujours déterminée, quoique inquiète

De son côté, la mairesse de Mont-Joli, Danielle Doyer, s'attendait à une stabilisation de la population de sa ville. Dans les circonstances, elle trouve désolantes les statistiques publiées plus tôt cette semaine. Elle promet toutefois de continuer à se battre pour le développement de sa ville.

On va continuer d'être obligés de croire qu'on peut contrer ce phénomène, le stabiliser, vous savez, mettre le frein, mettre les deux pieds et dire " non, non, non, on ne veut pas ça ".

Danielle Doyer, mairesse de Mont-Joli

Longtemps députée à l'Assemblée nationale, madame Doyer dit craindre que la diminution de la population dans sa ville, mais aussi au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie-les Îles et sur la Côte-Nord, se traduisent par une diminution de l'écoute et de l'intérêt du gouvernement pour les régions.

Si tu perds du monde, tu perds du poids politique. D'un recensement à l'autre on perd du monde, d'une confection de carte électorale à l'autre on perd des députés, on agrandit des comtés, donc on perd la capacité de nos députés de nous défendre.

Danielle Doyer, mairesse de Mont-Joli

Sur le terrain, quoiqu’il en soit, la communauté des affaires garde bon espoir.

« Si on recule il n'y a pas si longtemps, c'était un carrefour important, Mont-Joli, il y avait de nombreux commerces, je crois que d'ici la prochaine décennie, ça devrait revenir un peu comme dans le temps », déclare Mélissa Boulay, copropriétaire du Café du Château Landry.

Plus d'articles