Retour

Autre mauvaise nouvelle pour le rail gaspésien

Une portion de la voie ferrée doit être déplacée et reconstruite dans le secteur de Douglastown, à Gaspé. C'est ce que conclut une inspection réalisée dernièrement par Transports Québec.

Un texte de Martin Toulgoat

Il s'agit d'une autre tuile qui s'abat sur la Société du chemin de fer de la Gaspésie, alors que le pont ferroviaire d'Haldimand, jugé non sécuritaire, empêche déjà le transport ferroviaire entre Percé et Gaspé.

C'est une faille qui fragilise le terrain soutenant la voie ferrée près d'une falaise à Douglastown qui oblige les travaux. Cette analyse a été faite par Transports Québec qui est maintenant propriétaire du rail entre Matapédia et Gaspé. Même si aucune évaluation des coûts n'a encore été faite, la Société du chemin de fer de la Gaspésie estime que ce ne sont pas des travaux majeurs.

« Au moins, dans la première estimation, ce qui est encourageant, c'est qu'on reste dans l'emprise, explique le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé. On n'est pas obligés de tasser la voie d'une centaine de mètres. Donc ça ne nous amène pas à déplacer des rues ou passer par-dessus des maisons. »

Par contre, Transports Québec n'a pas confirmé qu'il allait financer ces travaux et ceux exigés pour sécuriser le pont d'Haldimand, un chantier évalué à 1 million de dollars et qui doit durer deux mois. Le pont a été jugé non sécuritaire par Transports Québec, si bien que tous les voyages entre Percé et Gaspé du train touristique l'Amiral ont dû être annulés cette année et l'avenir du transporteur touristique est sérieusement compromis.

Moins cher à l'interne

La Société du chemin de fer de la Gaspésie peut réaliser une certaine partie des travaux avec ses employés et à un plus faible coût. « C'est sûr que pour les ponts et les infrastructures plus importantes, on n'a pas les ressources pour le faire, mais pour les ponceaux, par exemple, on est en train d'en remplacer huit dans le secteur entre Matapédia et Caplan et c'est là qu'on a été capable de démonter au ministère des Transports qu'il peut sauver beaucoup d'argent en les faisant faire par nos employés », ajoute le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie.

« Bien souvent, ce qui sortait comme prix dans les évaluations faites par les ingénieurs, c'était presque un demi-million pour remplacer un ponceau, alors que nous on le fait pour moins de 100 000. Donc on a été capables d'en faire plus, avec moins d'argent, conclut Éric Dubé. » 

Il est toujours impossible de savoir si le trafic ferroviaire pourra être rétabli l'an prochain entre Percé et Gaspé. La mise à niveau complète du rail gaspésien est évaluée à 107 millions de dollars. Via Rail a toujours affirmé que ses trains allaient à nouveau circuler en Gaspésie, seulement si la voie ferrée entre Matapédia et Gaspé était entièrement sécurisée.

Plus d'articles

Commentaires