Retour

Avis d'infraction pour un presbytère de Matane qui héberge un organisme temporairement 

La Ville de Matane a déposé un avis d'infraction à la nouvelle fabrique de la paroisse Cœur-immaculé-de-Marie de Matane. Depuis quelques jours, le presbytère héberge le Relais santé, un organisme d'aide pour les personnes âgées. Le problème, c'est que l'organisme opère un commerce au même endroit sans avoir les autorisations municipales.

Un texte de Jean-François Deschênes

Le constat d'infraction émis par la Ville est clair : « Vous avez permis l'implantation d'un commerce de vente au détail de vêtements usagés dans votre immeuble sans certificat d'autorisation ». Il est ensuite précisé que la zone où se trouve le presbytère n'est pas prévue à des fins commerciales.

Matane donne 10 jours à la fabrique pour l'informer de la façon dont elle compte se conformer.

La lettre se termine en précisant que si l'organisme ne donne pas suite, la Ville sera dans l'obligation d'entreprendre des procédures légales sans délai ni avis. « Dès lors vous serez passible d'amendes », est-il mentionné, sans toutefois qu'un montant soit précisé. 

Lieux inspectés 

Ce changement d'usage a forcé un inspecteur en prévention des incendies à se rendre sur les lieux. Si l'usage religieux est transformé en usage commercial, le maire Jérôme Landry confirme qu'il doit aussi y avoir des correctifs à apporter au bâtiment pour des raisons de sécurité.

« Le bâtiment, au niveau de l'architecture, il y a toute une série de mesures et de normes qui s'ajouteraient », dit-il. 

Le maire Landry, rappelle également que s'il y a une activité commerciale, la fabrique perd son congé de taxes réservé aux lieux religieux.

Terrain d'entente

Malgré cet avis sérieux des autorités, Jérôme Landry espère trouver un terrain d'entente avec la fabrique. Il affirme être bien conscient qu'il s'agit d'une situation temporaire, de quelques mois tout au plus.

La fabrique surprise

Le président de la fabrique de la paroisse Cœur-immaculé-de-Marie, Michel Barriault, ne s'attendait pas à cet avis. 

Il espère trouver une solution avec Matane qui sera rencontrée cette semaine. « Nous, notre objectif, c'était de venir en aide à un organisme qui vient en aide au milieu de façon importante, mais pour une courte période. »

Même si la fabrique faisait une demande de modification de zonage, « Relais santé [aurait] le temps de partir avant que le règlement soit adopté », plaide M. Barriault. 

Relais santé désolée

La présidente de Relais Santé, France Caron, se dit elle aussi surprise de la tournure des événements. « On est immensément désolés que les responsables actuels de la fabrique subissent tous ces inconvénients-là », déplore-t-elle

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine