Retour

Baie-Comeau : un homme condamné pour fraude travaillait auprès de personnes vulnérables

Radio-Canada a appris qu'un homme coupable de fraude travaillait comme préposé aux bénéficiaires depuis près de deux ans dans des établissements de santé de Baie-Comeau.

Il était embauché par une agence de placement de main-d'œuvre et non par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord.

Le CISSS de la Côte-Nord a rompu mardi tout lien avec Claude Plouffe, après avoir appris connaissance de la situation. Lundi, il travaillait encore à l'hôpital de Baie-Comeau.

Depuis janvier 2014, il occupait régulièrement un poste de préposé aux bénéficiaires aux Centres d'hébergement N-A Labrie et Boisvert.

Vérification des antécédents judiciaires

Le CISSS vérifie les antécédents judiciaires de ses propres employés. Par contre, lorsqu'il s'agit de main-d'œuvre indépendante, les agences de placement sont chargées de vérifier elles-mêmes les antécédents de ceux qu'elles embauchent avant de les référer aux établissements de santé.

Selon le CISSS, l'agence Action Santé LC, située au Saguenay-Lac-Saint-Jean, aurait connu les antécédents de Claude Plouffe, mais elle aurait décidé de ne pas l'en informer.

Sandra Morin estime qu'il aurait fallu que l'agence de placement mette au courant le CISSS à propos des antécédents de l'homme : « C'est à nous à porter un jugement sur les employés qui vont venir donner des services à nos patients, aux gens qui sont hospitalisés, qui sont des personnes vulnérables. Ce n'est pas à eux à le faire », souligne-t-il.

L'agence de placement Action Santé LC a refusé de commenter la situation et il a été impossible de joindre Claude Plouffe.

D'après le reportage de Marlène Joseph-Blais.

Plus d'articles

Commentaires