Retour

Baleine noire : les pêcheurs ont hâte d’être consultés

Les mesures lancées par Ottawa à la suite d'une série de morts nébuleuses de baleines noires laissent perplexes les pêcheurs de homards et de crabes, qui se demandent maintenant ce que le gouvernement prévoit mettre en place pour protéger cette espèce.

Un texte de Léa Beauchesne

Les pêcheurs de crabes ont été les premiers touchés par les mesures d’urgence déployées cet été par le gouvernement fédéral. Une zone de pêche a été fermée un peu avant la fin de la saison puisque de nombreux signes pointaient les engins de pêche comme coupables potentiels de la mort de certaines baleines.

Même si presque toutes les captures de crabes étaient achevées, le président de l’Association des crabiers gaspésiens, Daniel Desbois, estime qu’Ottawa aurait dû consulter les pêcheurs.

Son homologue des Îles-de-la-Madeleine, Paul Boudreau, est du même avis. « C’est pareil comme si on n’avait pas fait partie de cette industrie-là. »

Les engins de pêche en cause?

Lors de sa visite en Gaspésie, le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, a raconté avoir lui-même vu des centaines de mètres de câbles en nylon, des mouillages, flotter à la surface de l’eau près du Rocher Percé.

Une image confirme à ses yeux les analyses scientifiques qui ont mené à l'adoption de règles d'urgence. Le ministre estime maintenant que les règles doivent être revues pour éviter que les engins de pêche ne piègent des baleines et ne causent leur mort.

Cette habitude de laisser de longs mouillages entre le casier et la bouée qui permet aux pêcheurs de repérer leur équipement serait propre aux pêcheurs de crabes, selon le président du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O’Neil Cloutier.

Lui-même pêcheur de homards, il affirme que les casiers sont tous ramassés à la fin de la saison, mais que plusieurs casiers appartenant à des pêcheurs de crabes auraient été laissés à l'abandon en mer.

Du côté des associations de crabiers, on croit qu’il s’agit d’une pratique isolée qui ne serait pas populaire auprès des pêcheurs traditionnels. On montre plutôt du doigt le ministère.

« C’est Pêches et Océan qui a augmenté beaucoup, probablement presque triplé les engins de pêches dans les dernières années. En mettant beaucoup plus d’engins de pêche dans la pêche au crabe dans le sud du Golfe » explique Paul Boudreau.

Son collègue Daniel Desbois ajoute que c’est à Pêche et Océans de faire son travail et d’appliquer les règlements puisqu'un pêcheur ne peut pas ramasser un casier qui ne lui appartient pas.

Sur la nouvelle règlementation

Chose certaine, toutes les associations ont hâte d’être consultées par le ministère et entendent bien donner leur avis.

Du côté des crabiers, on estime qu’il pourrait être intéressant de devancer la saison de pêche et d’ainsi terminer avant l’arrivée des baleines.

Pour O’Neil Cloutier, il faut simplement davantage de rigueur dans la pêche et dans la gestion de l’équipement, ce qui permettrait d’éviter un certain pourcentage de mortalité. « Après ça, on pourra vérifier si la pêche commerciale produit encore des effets néfastes sur la baleine. »

Des consultations doivent être menées avec l’industrie avant de proposer un nouveau cadre règlementaire afin d’éviter une autre saison meurtrière pour les baleines noires.

D'après des entrevues de Maude Rivard à l'émission Au cœur du monde

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine