Retour

Beaucoup d’activités et un système de guidage GPS pour l’aéroport de Matane

Le regain d'activité que connaît l'aéroport de Matane s'accentue. L'infrastructure était presque moribonde il y a quelques mois. La Ville de Matane poursuit d'ailleurs la mise à niveau de l'infrastructure qui sera bientôt doter d'un système de guidage GPS, pour remplacer le système analogique actuel.

Un texte de Brigitte Dubé, avec la collaboration de Léa Beauchesne

Le nouveau système permettra à un avion d'atterrir lorsqu'il y a un plafond nuageux aussi bas que 300 pieds d'altitude. Avec le système actuel, cette limite est de 1000 pieds.

Dix-neuf évacuations médicales ont été effectuées à Matane depuis le retour de l’avion-ambulance, au mois de mars. Plus imposant, l’avion-hôpital ne pas peut venir à Matane, puisqu’il faut une piste impeccable. Le responsable de l’aéroport, Eddy Métivier, et la Ville de Matane attendent d'ailleurs des nouvelles du projet pour la réfection de la piste et du bâtiment, projet qui a été déposé en mars devant les deux paliers de gouvernement.

Steve Girard mentionne par ailleurs que les gens de Matane tiennent à leur aéroport. Par exemple, des entreprises matanaises ont contribué au financement de l'appareil de guidage, et de la nouvelle école de pilotage. Celle-ci a d’ailleurs amorcé ses activités et compte six élèves. Eddy Métivier dit observer un engouement avec les demandes d’informations qui sont nombreuses.

Également, un entrepreneur va bientôt offrir de l'essence à l'aéroport.

Eddy Métivier souligne que la fréquentation de l'aéroport augmente de façon significative.

« Matane a la deuxième piste la plus longue à l’est de Québec après Rivière-du-Loup, fait-il valoir. C’est un avantage pour les décollages et atterrissages en conditions difficiles. Matane a la longueur idéale pour le Challenger. »

Port et aéroport sont liés

M. Métivier ne manque pas d’arguments quand il s’agit de mettre l’aéroport en valeur. « C’est une porte d’entrée pour le monde des affaires et le développement de notre économie » estime-t-il.

L’aéroport a de nouveaux utilisateurs qui profitent de l’axe port-aéroport. « Par exemple, on a eu quatre vols de la Garde côtière pour les changements d’équipes de personnel qui viennent d’Halifax, de Toronto. Ils trouvent ça commode d’atterrir à cinq minutes du port », mentionne Eddy Métivier.

Il cite un autre exemple : Béton Provincial décroche des contrats de réfection de pistes d’aéroports. L'entreprise achemine son matériel par bateau à partir de Matane et les employés se rendent sur le site de travail en avion. Paulo Gauthier des Barges de Matane fait la même chose. Terminaux portuaires est aussi un nouvel utilisateur. En outre, des gens d’affaires apprécient de plus en plus cet accès plus facile à la région.

À l'origine de la « renaissance » de l'aéroport matanais, Eddy Métivier vit d'espoir. Il entrevoit beaucoup de possibilités pour l'infrastructure. Avec l'installation prochaine d'une pompe à essence, l'industrie touristique pourrait aussi profiter de ce renouveau en retenant les voyageurs qui disposent d'un avion, espère-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine