Retour

Beaucoup de souvenirs pour la famille de Gerry Burnett

Gerard « Gerry » Burnett, un pionnier de l'aviation matanaise, est décédé cette fin de semaine. Natif des États-Unis, il s'est éteint à l'âge de 94 ans et 11 mois, dans sa résidence de Matane. Il a fondé, avec sa première femme Elspeth Russell, la compagnie Matane Air Services.

Un texte de Brigitte Dubé

Ils se sont connus alors qu'ils étaient tous les deux pilotes pendant la Seconde Guerre mondiale. De 1947 à 1965, la compagnie aérienne a transporté des centaines de milliers de travailleurs et de l'équipement sur la Côte-Nord, à l'époque des grands chantiers miniers et industriels.

Jamais d'accidents, malgré des conditions difficiles

Son fils, Peter Burnett, se souvient que ses parents étaient très fiers de n'avoir jamais eu d'accidents, malgré les conditions souvent difficiles. Son père s'occupait surtout de l'administration alors que sa mère pilotait. Celle-ci a d'ailleurs été intronisée au Panthéon de l'Air et de l'Espace du Québec à titre posthume, en 2002.

Peter Burnett se rappelle que durant sa jeunesse, la fête de Noël prenait un tout autre sens à Matane.

Quant à la petite fille de Gérard Burnett, Aurélie Russel-Burnett, elle se dit fière des réalisations de son grand-père.

Contribution inestimable au développement régional

La création de Matane Air Services a contribué au développement de Matane, de la Gaspésie et surtout de la Côte-Nord, alors en plein boom économique. La compagnie a possédé jusqu'à sept appareils, dont le célèbres DC 3.

Selon Gilles Gagné, des centaines de pères de famille ont pu rester dans la région grâce à ce transport.

L'instauration du service de traversiers entre les deux rives a forcé l'entreprise à diminuer ses activités. Matane Air Services a finalement été vendu à Québecair.

Gerry Burnett a aussi été le premier président de la compagnie du centre de ski de Matane en 1959 qui est aujourd'hui la station de ski Mont-Castor.

Les funérailles se tiendront jeudi à Matane. M. Burnett était le conjoint de Christine Provost.

D'après un reportage de Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires