Retour

Bella Desgagnés : des industriels de la pêche craignent le pire

Les industriels de la pêche en Basse-Côte-Nord sonnent l'alarme à la suite du déclenchement de la grève illimitée des officiers de navigation du navire Bella Desgagnés. Ils soutiennent que cet arrêt de travail va mettre en danger l'économie de la région, basée sur la pêche et la transformation de produits marins. 

Les pêcheurs et poissonneries de la Basse-Côte-Nord dépendent du Bella Desgagnés pour vendre leurs produits à l'extérieur de la région. Pendant la grève des officiers de navigation, ils n'auront toutefois pas le droit d'expédier leur cargaison à bord du navire.

Le vice-président du Centre local de développement (CLD) de la Basse-Côte-Nord, Paul Nadeau, estime qu'il s'agit « d'une crise sans précédent ».

Le président de la Poissonnerie Blanc-Sablon, William Beaudoin, envisage déjà des pertes économiques, en raison de ce conflit de travail. Son entreprise expédie en moyenne plus de 68 000 kg de produits marins par année sur le Bella Desgagnés. 

La poissonnerie Blanc-Sablon paie près de 15 000 $ par année pour expédier ses produits à bord du Bella Desgagnés. Pour le moment, l'entreprise n'envisage pas d'expédier les marchandises par camion puisque plusieurs produits sont envoyés à Rimouski. 

Une intervention du gouvernement réclamée

À l'instar des élus de la Minganie et de la Basse-Côte-Nord, Paul Nadeau réclame l'intervention rapide du gouvernement du Québec, en mettant sur pied un processus d'arbitrage. 

Le porte-parole de la ministre du Travail, Dominique Vien, affirme que des négociations entre le syndicat et l'entreprise ont eu lieu mardi après-midi.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine