Retour

Bertram Dow plaide coupable 13 ans après les faits

Le Gaspésien, Bertram Dow, a plaidé coupable, lundi, au palais de justice de Québec à son troisième procès pour le meurtre non prémédité de Russel Duguay.

Depuis 2006, il avait porté sa cause en appel deux fois avec succès. Treize ans après les faits, il a décidé de mettre fin aux procédures judiciaires.

Pour les familles, c’est absolument terrible de devoir attendre tant de temps avant que le dossier soit terminé. Ils étaient très heureux d’entendre l’accusé plaidé coupable.

Me René Verret, procureur de la poursuite

Même si Bertram Dow a plaidé coupable, il restera en liberté jusqu’en février où il reviendra devant les tribunaux pour connaître sa peine. Depuis le début du processus, Bertram Dow a purgé plus d’une dizaine d’années en détention, ce qui représente le minimum dans le cas de meurtre.

Rappelons que le 13 mars 2004, Bertram Dow avait fait feu, pour une raison demeurée obscure, sur son voisin Russell Duguay à Port-Daniel, en Gaspésie. Il avait également blessé le fils de la victime, Byron Duguay.

En 2006, il avait été condamné à 25 ans de prison.

En 2010, un deuxième procès avait été ordonné par la Cour d’appel puisque les droits linguistiques de Bertram Dow, un anglophone, avaient été brimés. Certains échanges en français sur des points de droit avaient eu lieu avec le consentement de Bertram Dow. Cependant, le droit linguistique empêche ce type de pratique.

Ce procès s’était conclu avec une peine de 12 ans de prison ferme pour meurtre au deuxième degré de Russel Duguay, 76 ans.

L'accusé avait également été trouvé coupable de tentative de meurtre sur Byron Duguay, le fils de sa victime, et d'usage négligent d'une arme à feu.

Lors du deuxième procès, le juge n'avait pas mentionné au jury la distinction à faire entre les troubles mentaux induits par l'alcoolisme et les troubles qui découlent de l'intoxication par l'alcool. L’accusé a donc porté le jugement en appel, ce qui avait autorisé la tenue d’un troisième procès.

Plus d'articles

Commentaires