Retour

Bitfarms veut installer une mine de bitcoins à Baie-Comeau

La compagnie québécoise Bitfarms a visité des terrains à Baie-Comeau où elle envisage d'installer une mine de bitcoins, un énorme centre de données muni de milliers d'ordinateurs. La possibilité d'utiliser de grandes quantités d'énergie hydroélectrique et le climat frais de la région séduisent les dirigeants.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

L'entreprise construit présentement deux mines de bitcoins au Québec. Elles s'ajouteront aux quatre autres qu'elle opère déjà dans la province. Bitfarms envisage ensuite de s'installer sur la Côte-Nord.

Le maire Yves Montigny confirme avoir rencontré des entreprises intéressées à construire un centre de données à Baie-Comeau. « On a le terrain chez nous, ce qui n'est pas toujours le cas en ville ou dans les grands centres, alors bienvenue à ce genre d'industries à Baie-Comeau. On a tout pour être capable de les accueillir », dit-il.

Dans le secteur de Baie-Comeau, 200 à 300 mégawatts d'électricité seraient disponibles, selon le président des opérations de Bitfarms, Pierre-Luc Quimper. « On parle de plus de 100 emplois, ça c'est certain », affirme-t-il.

Pour rivaliser avec ses concurrents, Bitfarms cherche de l'espace, mais surtout de l'énergie à un bas tarif. Elle espère étendre son réseau de serveurs et utiliser 180 mégawatts d'électricité pour l'ensemble de sa production d'ici un an. Actuellement, Bitfarms utilise 27,5 mégawatts.

Bitcoins 101

Si Bitfarms cherche à élargir son réseau de serveurs, c'est que la concurrence est forte dans l'industrie.

« Toutes les 10 minutes, toutes les transactions qui se sont passées vont dans un bloc. [...] Puis nous, les mineurs de partout sur la planète, on essaie de déchiffrer le bloc pour confirmer les transactions et valider que les transactions dans ce bloc-là sont légitimes », précise Pierre-Luc Quimper.

Plus une compagnie possède d'ordinateurs et plus ils sont puissants, meilleures sont ses chances de déchiffrer des transactions, puis de réaliser un profit. « En échange de notre puissance de calcul, on reçoit des bitcoins et on reçoit aussi les frais des transactions quand on réussit à déchiffrer un bloc », explique M. Quimper.

Accueil favorable

Après avoir visité la région et rencontré certains élus, les dirigeants de Bitfarms se sentent les bienvenus sur la Côte-Nord. « On a vu beaucoup de terrains, donc pour nous c'était bon. Et les barrages sont vraiment proches, ça fait que pour l'énergie ce n'est pas un problème », affirme Pierre-Luc Quimper.

Pierre-Luc Quimper précise toutefois que le projet de Baie-Comeau ne se réalisera pas dans les prochains mois. L'entreprise doit notamment réunir les fonds nécessaires pour acheminer l'électricité aux installations projetées.

Plus d'articles