Retour

Bois d'oeuvre : des industriels de l'Est inquiets

Les industriels forestiers de l'Est du Québec s'inquiètent de se voir imposer de nouvelles barrières tarifaires sur le bois d'œuvre par Washington.

À moins de deux mois de la date butoir, il semble de moins en moins probable que le Canada et les États-Unis réussissent à conclure un nouvel accord sur le bois d'œuvre.

« On continue nos opérations de mise en marché normalement, mais quand on va arriver à une éventuelle date de l'application d'une taxe, c'est là qu'on va devoir malheureusement la subir, indique le président de Boisaco, Steeve St-Gelais. Ce n'est pas possible de s'en prémunir avec ce qu'on a pu faire comme analyse actuellement ».

L'industrie forestière québécoise continue de défendre le libre-échange, comme l'indique le porte-parole de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn.

« On va défendre la position du Québec : le libre-échange pour les produits du bois du Québec envers le marché américain. C'est la position que l'ensemble de l'industrie a défendue et il est clair que toute autre mesure mise en place qui résulterait par des taxes ou des quotas serait une mauvaise nouvelle pour l'industrie forestière québécoise. »

Dans l'éventualité où le Canada et les États-Unis ne parviendraient pas à s'entendre d'ici le 15 octobre - la date qui marque le premier anniversaire de la fin du précédent accord de neuf ans -, les producteurs américains pourraient demander à Washington d'imposer de nouvelles barrières tarifaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine