Retour

Braconnage dans le parc national de la Gaspésie, un geste de provocation?

En quelques jours, cinq carcasses d'orignaux ont été trouvées à quelques kilomètres de distance, dans le parc national de la Gaspésie. Compte tenu de la gravité de ces gestes, le responsable de la conservation et de l'éducation du parc, Claude Isabel, admet qu'on pourrait croire à un geste de provocation.

Claude Isabel trouve que les gens n'ont pas eu froid aux yeux de braconner près de routes achalandées d'un parc de conservation.

Claude Isabel se souvient que le parc a vécu une histoire semblable, il y a une quinzaine d'années. Le braconnage avait alors été établi comme un problème à régler dans les plans de protection. Depuis, il y avait eu une accalmie.

Il se désole que des gestes comme ceux-là soient survenus sur son territoire.

Aide du public

Les agents de protection la faune demandent au public de dénoncer les braconniers et de ne pas craindre les représailles. Richard Hamel, directeur adjoint du ministère de la Faune, district Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, rappelle que les dénonciations demeurent confidentielles.

Les amendes pour des actes de braconnage peuvent s'élever à 1825 $, plus les frais, et les gens reconnus coupables peuvent perdre leur permis de chasse pour deux ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine