À l'âge de 37 ans, le cycliste matanais d'origine et rimouskois d'adoption, Bruno Langlois a remporté en fin de semaine à Gatineau le championnat canadien de cyclisme sur route. Ce titre, le plus important de sa carrière, pourrait même inciter l'athlète en fin de carrière à donner quelques coups de roues supplémentaires.

Un texte de Richard Lavoie

« Un peu comme Dominique Michel disait : est-ce que c'est son dernier Bye Bye? On se demande est-ce que c'est sa dernière année. Peut-être que oui, peut-être que non. Dans le fond ce titre-là l'amène à se remotiver grandement pour peut-être continuer, mais on ne le sait pas encore », explique le père de l'athlète.

Pour Jean-Pierre Langlois, l'exploit de son fils réalisé « sous un soleil de plomb » est le couronnement d'une carrière qui avait débuté il y a 20 ans. Il rappelle que le championnat canadien, une épreuve de 180 kilomètres, avait échappé de justesse à son fils en 2008 et en 2010.

Une belle carrière internationale

Depuis l'âge de 17 ans, le coureur cycliste parcourt le monde et additionne les compétitions sur les 5 continents.

« Il est allé à deux reprises en Australie, en Afrique du Sud, en Malaisie. Il est allé en Europe à maintes reprises, en Chine, deux, trois fois », se souvient M. Langlois, visiblement impressionné par le parcours de son rejeton.

Si Bruno Langlois décide de tirer sa révérence, ce sera pour mieux aider d'autres cyclistes comme lui à se développer. Avec son baccalauréat en kinésiologie en poche, précise son père, « il veut enseigner tous les trucs qu'il a appris durant toutes ces années-là ».

Plus d'articles

Commentaires