Retour

Budget fédéral : espoirs en infrastructures, déceptions pour l'assurance-emploi

Les réactions se font mitigées au Bas-Saint-Laurent, devant le premier budget fédéral déposé par le ministre Bill Morneau.

Un texte de Laurence Gallant

Des milliards de dollars seront investis dès cette année pour soutenir les familles et les chômeurs, marquant un véritable virage politique à Ottawa. Le gouvernement Trudeau investit entre autres un milliard de dollars pour bonifier le programme d'assurance-emploi en 2016-2017.

Déception dans les mouvements d'Action-Chômage

Pourtant, la porte-parole d'Action-Chômage Haute-Côte-Nord, Line Sirois, se dit « terriblement déçue » des mesures incluses dans le budget fédéral au sujet de l'assurance-emploi. Mme Sirois se dit particulièrement outrée de voir des mesures spécifiques pour soutenir les travailleurs de l'Alberta, mais rien, selon elle, pour aider concrètement les travailleurs saisonniers de l'Est.

Mme Sirois reconnaît cependant que l'accès au régime sera plus facile et que le gouvernement a éliminé des irritants, comme l'obligation pour un chômeur d'accepter un emploi moins bien rémunéré ou situé à 100 km de son lieu de résidence.

Un réinvestissement attendu dans les infrastructures

Le maire de Rimouski, Éric Forest, croit qu'il y a dans le budget fédéral un espoir de pouvoir concrétiser son projet de complexe sportif. Il constate qu'à travers le programme d'infrastructures, une somme de 3 milliards 400 millions sur cinq ans est réservée pour des infrastructures sociales, notamment pour des projets à caractère récréatif et sportif.

Pour M. Forest, il importe maintenant que Québec emboîte le pas afin de permettre aux municipalités d'aller de l'avant avec leurs projets. Il s'agit pour lui de stimuler l'économie et répondre aux besoins des citoyens.

Sous réserve d'un examen plus approfondi, le président du Forum de concertation bas-laurentien, Francis Saint-Pierre s'estime également assez satisfait de plusieurs mesures annoncées dans le budget Morneau. Il se réjouit quoiqu'avec prudence de l'engagement du gouvernement fédéral à financer la moitié des coûts des projets transport en commun.

Télécommunications délaissées?

Le député néodémocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, n'est pas impressionné par le premier budget du gouvernement Trudeau. Il déplore que le budget apporte peu de réponses au problème de couverture cellulaire déficiente dans les régions.

Selon lui, plusieurs des promesses libérales n'ont pas été respectées ou ont été carrément brisées, notamment pour les Premières Nations.

Les conservateurs s'opposent

Le député de Montmagny-l'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux dénonce le budget libéral. Selon lui, le ministre Bill Morneau a emprunté a du emprunter près de 30 milliards pour financer les différentes promesses faites lors de la dernière campagne électorale. Bernard Généreux craint que les régions comme le Bas-Saint-Laurent soient oubliées lorsque viendra le temps de confirmer les projets d'investissements en infrastructures.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine