Retour

Budget provincial : « un pas dans la bonne direction », selon le recteur de l'UQAR

Quelles répercussions aura le budget du ministre Leitao sur les universités en région? Alors que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, dit faire de l'éducation une « priorité nationale », le recteur de l'UQAR Jean-Pierre Ouellet se prononce.

Un texte de Laurence GallantTwitterCourriel

Le budget provincial présenté jeudi alloue une hausse de financement de 3 % à l'éducation cette année, soit une hausse de 500 millions de dollars. Cette petite bouffée d'air donnera un répit au réseau de l'éducation, qui avait vu s'instaurer un contrôle très serré de ses dépenses depuis l'élection du Parti libéral.

Bonne nouvelle pour le Coriolis II

Dans le cadre de la Stratégie maritime, le navire scientifique de l'UQAR, le Coriolis II, s'est vu octroyer un financement de 6,2 millions de dollars, montant qui servira à l'entretien et au maintien de l'embarcation.

Le recteur de l'UQAR, Jean-Pierre Ouellet, voit positivement ce soutien qui était revendiqué depuis quelques temps, faisant valoir que le Coriolis II sert également aux chercheurs de plusieurs autres universités au pays.

Garder la tête hors de l'eau

La croissance du budget de 2,5 % dédié aux niveaux collégial et universitaire sera bien sûr divisé pour soutenir plusieurs secteurs. La hausse couvre la majeure partie de l'augmentation des coûts de système et du coût de la vie des établissements scolaires, confirme le recteur.

D'après Jean-Pierre Ouellet, la hausse touchera le régime des prêts et bourses et comblera les progressions salariales qui se situeront probablement autour de 1,5 % pour 2016-2017.

« C'est un pas dans la bonne direction, mais il faudra que les prochains financements soient conséquents au cours des prochaines années », affirme le recteur.

Sur le financement des cadres

Le recteur de l'Université du Québec à Rimouski est en rencontre vendredi avec la nouvelle ministre responsable de l'enseignement supérieur, Hélène David, et d'autres recteurs des universités québécoises. Il s'agit d'un premier échange formel, mais il sera certainement question du budget et de la rémunération des cadres.

En février dernier, le rapport de la vérificatrice générale du Québec à l'Assemblée nationale indiquait que l'Université du Québec à Rimouski avait versé 200 000 $ en trop à ses cadres entre 2011 et 2014.

La ministre David a demandé de connaître l'ensemble des conditions des cadres, mentionne le recteur. Peut-être souhaitera-t-elle baliser davantage le salaire des cadres et dans cette perspective, le recteur Ouellet compte se plier à sa décision :

Jean-Pierre Ouellet soutient que l'administration a toujours agi de façon transparente et que la décision a été prise en l'absence des cadres, à partir de l'interprétation juridique de la loi. « C'est derrière nous », affirme-t-il.

Le recteur de l'UQAR maintient qu'après la promulgation de la loi 100 en 2010, un avis juridique avait été demandé dans le but de prendre une décision éclairée pour respecter à la fois la loi et le protocole des cadres.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine