Retour

Campagne électorale : pancartes, bénévolat et médias sociaux

Au jour quatre de la campagne électorale, les pancartes fleurissent dans les rues des municipalités de l'Est du Québec. Le porte-à-porte est déjà bien engagé et malgré les vacances, les candidats semblent pouvoir compter sur des bénévoles déterminés.

C'est heureux parce pour les partis et les candidats le temps est précieux, même si l'opération séduction doit s'étendre sur 11 semaines.

Les circonscriptions de l'Est du Québec sont vastes, mais cela n'effraie pas les candidats. Pour la plupart, leur équipe de bénévoles est déjà à pied d'oeuvre d'un bout à l'autre du territoire.

Facebook, Twitter et compagnie

On peut voir sur la page Facebook de Guy Caron, un appel aux bénévoles. Les médias sociaux sont bien sûr un lieu d'échange pour les électeurs, mais pour les candidats, ils sont aussi un outil idéal pour attirer ceux qui ont du temps et de l'énergie à consacrer à la cause.

« L'offre directe est une manière de le faire, les médias sociaux encore une autre », explique Guy Caron.

La candidate bloquiste dans Manicouagan, Marilène Gill utilise aussi les médias sociaux comme lieu de rencontre virtuel, une façon de composer avec l'immensité du territoire.

Mais, quel que soit leur mérite, Facebook ou Twitter ne remplaceront jamais le travail terrain et le contact direct, estiment les candidats.

D'après les informations recueillies par Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles

Commentaires