Le petit village de la Baie-des-Chaleurs réalise d'importantes économies avec une installation de chauffage au bois pour l'église et le centre communautaire.

Avec une facture de chauffage de 35 000 $ par année, la Fabrique de Caplan devait trouver une solution si elle voulait conserver son église.

En 2014, les marguillers ont choisi d’investir 116 000 $ afin d'installer une fournaise à bois. Depuis, les économies de chauffage sont énormes, rapporte le président de la Fabrique, Monbrun Bujold. « Ça peut jouer un peu de 20 000 $ à 25 000 $. On s'attend dans 4 ans et demi que la fournaise, la bâtisse vont se payer », indique M. Bujold.

Pour assurer le confort des paroissiens, la Fabrique démarre le chauffage au gaz une heure avant la messe, ce qui coûte de 15 à 17 $, dépendamment du prix du propane.

Le bois coûte environ 10 000 $ par hiver. Cela permet de chauffer l'église et le centre communautaire, soit l'équivalent de 17 maisons.

D'autres églises

Ailleurs en Gaspésie, la paroisse de Val d'Espoir a elle aussi installé un système de chauffage au bois. La facture pour chauffer le presbytère et l’église est passée de 25 000 $ à 10 000 $. Le bois est coupé sur une terre qui appartient à la Fabrique, qui embauche une personne pour la coupe, le transport et l’entreposage.

En Gaspésie, qui compte 64 paroisses catholiques, le chauffage représente en moyenne 18 % des dépenses totales de fonctionnement des fabriques, mais jusqu'à 50 % dans certains cas.

D'après les informations de Pierre Cotton

Plus d'articles

Commentaires