Retour

Cathédrale 2016 change de nom et accentue la pression sur l'archevêché

Le comité Cathédrale 2016 élargit sa force de frappe et devient le Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale. Le nouvel organisme veut accentuer la pression sur l'archevêché de Rimouski en impliquant des paroissiens de tout le diocèse.

Un texte de Julie Tremblay avec la collaboration de Paul Huot

La nouvelle organisation martèle que la cathédrale a été construite par les paroissiens et leur appartient. C'est pourquoi il faut agir maintenant selon son président, Jacques Landry.

Jacques Landry ajoute que la façon de gérer de la fabrique Saint-Germain comporte des éléments douteux et que des « instances » enquêtent actuellement sur ces allégations. Il reste cependant très évasif à ce sujet :

« En regardant les procès verbaux, on a constaté qu'il y a certaines choses qui s'étaient passées qui étaient un peu douteuses, donc il y a des éléments qui ont été fournis à des instances et celles-ci ont décidé de faire une enquête criminelle », affirme-t-il.

Impossible toutefois de confirmer cette information, puisque la Sûreté du Québec ne révèle pas les sujets de ses enquêtes en cours.

Des appuis à l'extérieur de Rimouski

Par ailleurs, le Regroupement a reçu l'appui du préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, et de l'ex-députée bloquiste Suzanne Tremblay, qui considère que les paroissiens doivent avoir leur mot à dire concernant l'avenir de la cathédrale :

Le maire de Rimouski, Marc Parent, était présent à la conférence de presse du Regroupement, mais réitère que la Ville ne prend pas parti dans ce dossier. Il a affirmé que l'annonce du début des consultations publiques sur l'avenir de la cathédrale devrait être faite la semaine prochaine.

Plus d'articles

Commentaires