Retour

Cathédrale de Rimouski : la Fabrique Saint-Germain menacée de poursuite

Le comité Cathédrale 2016 dénonce la Fabrique Saint-Germain qui veut se départir de la cathédrale. Le comité somme la Fabrique d'expliquer publiquement son choix aux paroissiens et de retirer le président de ses fonctions, faute de quoi il menace d'entreprendre des procédures judiciaires.

Plus tôt cet automne, le président de la Fabrique Saint-Germain, Normand Lavoie, s'est dit en faveur de céder la cathédrale à une corporation civile et ecclésiastique autonome. Une décision pour laquelle les paroissiens n'ont pas eu leur mot à dire, déplore le comité Cathédrale 2016.

De son côté, un nouveau membre du comité Cathédrale 2016, Georges Lévesque, dénonce le manque de transparence des membres de la Fabrique, qui, selon lui, auraient dû dès le départ consulter les Rimouskois discuter des choix possibles concernant l'avenir de la cathédrale :

Changement de garde demandée au conseil de Fabrique

Le comité Cathédrale 2016 demande aussi à l'archevêque, Mgr Denis Grondin, de démettre de ses fonctions le président de la Fabrique, Normand Lavoie.

Quant aux marguilliers, le comité les invite à démissionner en bloc s'ils ne souhaitent pas s'expliquer devant leurs paroissiens. 

Si ces conditions ne sont pas remplies, le comité Cathédrale 2016 affirme que des poursuites judiciaires pourraient être enclenchées.

De sérieux appuis

Le député de Rimouski, Harold Lebel et le maire suppléant de la Ville de Rimouski, Donald Bélanger, viennent de se joindre au comité de sauvegarde de la cathédrale.

« Le gouvernement a une demande de reconnaître la cathédrale comme patrimoine bâti. Pour ça, il faut s'entendre. Le gouvernement va se laver les mains si on se déchire entre nous autres », affirme Harold Lebel.

Pour le moment, le président de la Fabrique refuse de nous accorder une entrevue et l'archevêque se retrouve coincé entre les paroissiens et la Fabrique, soit entre l'arbre et l'écorce.

D'après les informations de Paul Huot

Plus d'articles