Retour

Célébration et marché public à Cap-au-Renard

Les villages de la Haute-Gaspésie sont souvent cités quand il est question de dévitalisation, mais il y a aussi de grands efforts pour se réapproprier le territoire. Depuis maintenant près d'une décennie, la Coop du Cap s'efforce de donner un nouveau souffle au développement de la région grâce, entre autres, à l'agriculture communautaire.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Léa Beauchesne

La huitième Fête des récolte qui a lieu cette fin de semaine, est un moment culminant des activités de la Coop du Cap. L'événement familial offre à la communauté le fruit du travail de toute une année des artisans et des producteurs de la région.

La fête est le moment idéal pour faire connaître la philosophie de la coopérative de solidarité qui est de faire une agriculture respectueuse de l'environnement.

Elle permet aussi de mettre à l'avant-scène les petites entreprises indépendantes qui gravitent autour de la coopérative, comme celle du cueilleur d'algues, Stéphane Maddix Albert. « Des fois, les coopératives et les gens qui se mettent ensemble, c'est une manière plus facile d'accéder à la terre, de pouvoir faire une production. »

Coop du Cap

La Coopérative de solidarité a été formée par un petit groupe de gens qui souhaitait s'installer en région, se rappelle la présidente Valérie Allard « On avait envie de redorer notre environnement de vie sans avoir à s'exiler pour travailler à des heures de route chaque jour. On a mis nos savoir-faire ensemble. »

Aujourd'hui, la Coop du Cap offre plusieurs services et présente des événements comme la Fête des récoltes, tout en permettant à six personnes de travailler environ 25 semaines par année. 

Toutefois, la présidente avoue que ce n'est pas toujours facile. « Il faut être créatif, ajoute-t-elle. On est prêt à faire des choix de simplicité peut-être pour pouvoir faire ça, même en même temps on se sent bien épaulé. On est bien tricotés entre nous. Le côté humain est super fort. »

Appropriation du territoire

Pour l'organisation, il s'agit d'une façon de s'approprier le territoire, « un projet à la fois » ajoute une des organisatrices de la Fête des récoltes, Emma Desgens.

« On peut avoir des légumes, des produits de qualité, des grains. Toutes sortes de choses. Donc de faire voir à tout le monde, à toute la communauté, qu'on peut le faire et qu'on peut se faire confiance là-dedans, je pense que c'est bien précieux. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine