La Ville de Murdochville met en vente le Centre de plein air du lac York. Cet argent permettra à la municipalité de réparer ses bâtiments municipaux qui ont besoin de réparations importantes.

Un texte de Jean-François Deschênes

Évalué à 233 000 $, le centre comprend des chalets, un terrain de camping, un bâtiment d'accueil et des équipements de plein air.

Pour la mairesse, Délisca Ritchie Roussy, le site est rentable, mais coûteux à exploiter en argent et en temps. Elle explique que les employés ne sont pas nombreux à Murdochville et lorsqu'ils travaillent sur le site, ils n'offrent pas de services à la collectivité. De plus, elle rappelle que des employés syndiqués coûtent cher et ajoute que le prochain propriétaire pourra économiser en salaires.

« Juste l'année passée, les salaires et les avantages sociaux pour l'année 2015, ça nous a coûté 75 441 $. Ça veut dire que c'est de l'argent qu'on n'a pas là », précise Mme Roussy.

Avec la vente, la mairesse veut aller chercher de nouveaux revenus de taxation pour l'entretien des bâtiments qui ont besoin de réparations urgentes. « Le gouvernement nous demande de trouver de nouveaux revenus, le gouvernement demande de couper nos dépenses alors c'est ça qu'on fait. On fait notre devoir, notre travail. »

Par contre, la Ville ne vend pas tout et garde les cinq chalets qui ont été construits il y a une douzaine d'années. Ils peuvent encore rapporter de bons revenus à la municipalité, affirme Mme Roussy.

Les acheteurs potentiels ont jusqu'au 6 juin pour se manifester.

En attendant, le centre ouvrira ses portes comme prévu le 1er juin.

Plus d'articles

Commentaires