Retour

Chemin de fer de la Gaspésie : la SCFG plus que jamais dans le coup

La Société de chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) juge que son récent plan d'affaires constitue maintenant sa nouvelle base de discussions avec le ministère des Transports sur la gestion du rail gaspésien.

Déposé le 16 mars dernier, le plan réalisé, par une firme indépendante, a permis une réévaluation de l'ensemble du dossier, explique le président de la Société de chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé.

Remise à niveau du rail  

Un des principaux éléments du plan est la révision à la baisse du montant nécessaire pour rendre le rail à nouveau fonctionnel. Ces investissements étaient jusqu'à présent évalués à plus de 100 millions de dollars. « On a été capable de démontrer que les investissements vont être beaucoup plus bas », soutient M. Dubé.

Ce dernier ajoute que les travaux peuvent être réalisés par étapes sur un plan de réhabilitation à long terme, soit de cinq à sept ans. Des discussions avec Québec, maintenant propriétaire du rail, sont en cours avec ces nouvelles bases, indique M. Dubé. « Notre objectif, précise-t-il, était de démontrer la rentabilité des opérations ferroviaires. On sait qu'on ne sera jamais capable de mettre les investissements pour remettre en état le rail, c'est deux choses différentes. » 

Le rapport cible les interventions à effectuer pour la remise en état du rail selon les clients potentiels. Présentement, seuls les clients de Caplan à Matapédia sont desservis. Dans ces nouvelles priorités, la SCFG vise la cimenterie actuellement en construction à Port-Daniel et l'exploitation des hydrocarbures à Gaspé

La SCFG envisage aussi une relance du transport des passagers et du train L'Admiral. « Tout ça fait partie de l'équation que nous sommes en train de regarder », indique Éric Dubé.

Le plan se veut aussi une vision plus globale de la gestion du rail et de son importance pour la Gaspésie. « On voulait réfléchir, ajoute M. Dubé, pas seulement aux opérations, mais aussi sur la gouvernance, les relations avec le ministère, avec le milieu, avec les propriétaires, avec les clients, tout est là-dedans. On doit maintenant se l'approprier pour à partir de là, être capable de faire des propositions. »

Appel d'intérêt

D'autre part, Éric Dubé n'est pas inquiet outre mesure du fait que la Société n'a reçu aucune réponse du ministère quant à sa déclaration d'intérêt déposée en août dernier « J'avais dit l'an dernier, lors de l'appel d'intérêt que c'était trop vite. Le gouvernement venait de prendre possession du chemin de fer au mois de mai, nous on sortait d'un an de crise après s'être mis sous la protection de la loi sur les faillites », commente M. Dubé.

Le ministère des Transports n'a finalement retenu aucune des trois propositions reçues. La SCFG a finalement appris la nouvelle par le biais des médias.

Le plan d'affaires de la Société est actuellement analysé par le ministère des Transports. La SCFG souhaite aussi que le nouveau ministre en poste soit rapidement informé du dossier. Le plan devrait être rendu public dans les prochaines semaines.

Entretemps et jusqu'à l'été, la Société demeurera gestionnaire intérimaire du rail gaspésien. 

Plus d'articles

Commentaires