Retour

Chemin de fer en Gaspésie : nouvelle entente avec Québec

Québec verse 2,5 millions de dollars à la Société du chemin de fer de la Gaspésie pour voir à l'entretien et à l'exploitation du rail gaspésien au cours de la prochaine année.

Un texte de Joane Bérubé

Le président de la Société de chemin de fer et maire de New Richmond, Éric Dubé, explique qu'il s'agit du prolongement de l'entente conclue avec Québec lorsque le gouvernement a fait l'acquisition du rail en 2015. « On attendait ça avec impatience, la dernière entente était échue depuis la mi-août », commente M. Dubé.

L'entente ne change pas. La SCGF aura les mêmes obligations, soit d'offrir le service de transport et de voir à l'entretien ainsi qu'à la préservation de la voie ferrée.

Cette entente permettra de financer des travaux dans la partie ouverte à la circulation du chemin de fer, soit de Matapédia à Caplan.

Au cours de la dernière année, Québec a aussi financé des travaux de réparations de la voie ferrée en dehors de l'entente contractuelle avec la Société de chemin de fer de la Gaspésie.

Selon Éric Dubé, le ministère a investi entre 3 et 4 millions pour remplacer 12 000 traverses de chemin de fer. « Le ministère vient d'octroyer un contrat de 1,5 million pour remplacer un pont dans le secteur de Ristigouche-Sud-Est », poursuit M. Dubé. Les travaux seront réalisés à l'automne et au printemps prochain.

Le financement des travaux de restauration du rail de Caplan à Port-Daniel-Gascons, où Ciment McInnis termine la construction de sa cimenterie, est toujours en pourparlers avec les fonctionnaires du ministère des Transports.

Toutefois, pour se rendre jusqu'à Port-Daniel-Gascons, des investissements d'environ 20 millions de dollars devront être réalisés pour le remplacement des deux ponts qui enjambent la rivière Grande Cascapédia.

« Après, de New Richmond jusqu'à Port-Daniel, il y a des investissements, mais beaucoup plus mineurs, il y a trois structures où il faut investir un peu d'argent, mais ce n'est pas des remplacements », précise le président de la SCGF.

Pour se rendre jusque-là, la prochaine étape, « c'est de convaincre le politique », indique M. Dubé. En fait, trois ministres des Transports se sont succédés depuis l'acquisition du rail par Québec, ce qui, admet M. Dubé, a ralenti les pourparlers.

Si ces travaux étaient réalisés, Éric Dubé estime que Via Rail pourrait alors reprendre son service de train de passagers jusqu'à New Carlisle. « Et notre objectif, on le maintien toujours, c'est de ramener le train jusqu'à Gaspé », ajoute M. Dubé.

Le président de la SCFG de la Gaspésie se montre optimiste pour l'avenir. La Société a embauché une nouvelle ressource pour l'aider à développer la clientèle.

La SCFG envisage toujours d'aménager un centre de transbordement train/camion à New Richmond pour accommoder ses clients situés plus loin du rail.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque